La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

531 Billets

29 Éditions

Billet de blog 2 nov. 2009

La presse en ligne a (enfin) un statut

Jusqu'à peu, le journalisme sur Toile n'était pas, formellement, une activité de presse. Et c'est Hadopi, un texte pour le moins décrié dans ces colonnes toutes virtuelles, qui vient mettre à jour le régime juridique de la presse qui datait de 23 ans (le Web n'existait pas encore), complété d'un décret de 1997.

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

Jusqu'à peu, le journalisme sur Toile n'était pas, formellement, une activité de presse. Et c'est Hadopi, un texte pour le moins décrié dans ces colonnes toutes virtuelles, qui vient mettre à jour le régime juridique de la presse qui datait de 23 ans (le Web n'existait pas encore), complété d'un décret de 1997.

Vendredi 30 octobre 2009 est en effet paru, au Journal officiel, un décret signé la veille par François Fillon, premier ministre, Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication, et Eric Woerth, ministre du budget, «portant réforme du régime juridique de la presse» pour réglementer, désormais, la presse en ligne.

De la loi au décret, pourtant, il y a eu une longue bataille, menée en partie par Mediapart. Ainsi, dès notre lancement, nous avons plaidé devant la direction des médias (qui dépend de Matignon) pour la reconnaissance officielle de la presse en ligne par la commission paritaire des publications et agences de presse, arguant qu'un service d’information en ligne constitue un «mode écrit de diffusion de la pensée mis à disposition du public en général ou de catégories de publics et paraissant à intervalles réguliers » (et relève donc de la qualification de publication de presse) et que le législateur français avait d’ores et déjà transposé les obligations tirées de la loi de 1881 sur la liberté de la presse aux sites Internet, notamment par la loi sur la confiance en l’économie numérique de 2004. Nous avions été débouté de cette demande.


A la suite des recommandations des états généraux de la presse écrite — auxquels Mediapart a refusé de participer —, deux députés de la majorité ont introduit un cavalier dans le projet de loi Hadopi permettant la création d'un statut d'éditeur de presse en ligne octroyant une responsabilité attenuée à l'éditeur pour ce qui est des contributions «participatives» (commentaires et blogs): le directeur de la publication ne serait responsable devant la justice des injures, diffamations et autres infractions au droit de la presse que «s'il est établi qu'il avait effectivement connaissance du message avant sa mise en ligne ou que, dès le moment où il en a eu connaissance, il n'a pas agi promptement pour le retirer.» Tantque cette connaissance effective n'est pas établie, c'est l'auteur seul des propos qui pourrait être poursuivi.

Un récent jugement du tribunal de grande instance de Paris (Claire Chazal contre MixBeat) est d'ailleurs venu illustrer cette disposition: le tribunal devait démontrer que Mixbeat «savait» que des commentaires injurieux pour Claire Chazal était postés sur son blog. Un indice de cette connaissance pouvait être la présence de réponses signées «admin» (le nom de connexion de Mixbeat), mais comme il ne conservait pas les données de connexion montrant que c'était bien sous son adresse IP que les commentaires étaients postés (ce que lui même niait), le tribunal a conclut que «la loi ne sanctionne pas le manquement d'un directeur de publication à l'obligation qui lui est faite de conserver les données de nature à permettre l'identification de quiconque a contribué à la création d'un contenu illicite.»

Très rapidement après la promulgation de la loi Hadopi I, la question de la formulation du décret d'application de cet article a été posée, par la direction du développement des médias qui a organisé une concertation avec les entreprises du secteur, «pure players» individuellement (réunis depuis au sein du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne) ou sites de grands médias via le Groupement des éditeurs de services en ligne. De fait, la première mouture du décret avait de quoi inquiéter en demandant aux éditeurs de «mettre en œuvre les dispositifs appropriés pour éviter la mise en ligne de contenus illicites»; ce qu'un article de Libération traduisait ainsi: «Rue89, Slate, Mediapart et les autres vont-ils être obligés de modérer a priori, c’est-à-dire avant publication, tous les commentaires postés par les lecteurs sur leur site?» L'administration avait aussitôt complété la formulation d'un «ou pour être en mesure de les retirer promptement» permettant aux sites Web de ne pas renoncer totalement aux commentaires.

La formulation définitive, parue au Journal officiel, est désormais la suivante: «Sur les espaces de contribution personnelle des internautes, l'éditeur met en œuvre les dispositifs appropriés de lutte contre les contenus illicites. Ces dispositifs doivent permettre à toute personne de signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible». Ce qui signifie, concrètement, la mise à disposition d'un bouton d'alerte, tel qu'il est disponible d'ores et déjà sur les billets de blogs de Mediapart. Les plaignants devraient préciser expressément quel est le propos incriminé (et éventuellement à supprimer), ainsi que la disposition légale à laquelle il contrevient. Les sites sont évidemment libres d'y ajouter leurs propres exigences en terme de correction et de continuité du propos, de qualité du débat, etc.

Pour le reste, l'interprétation juridique diverge avec deux écoles: PC Inpact («La presse en ligne doit modérer tous les commentaires illicites») pour qui le régime de responsabilité limitée pour les éditeurs leur impose d'obéir à toutes les injonctions de retrait; et Numerama («La presse en ligne ne doit pas modérer tous les contenus illicites») pour qui un éditeur n'est pas qualifié pour apprécier la licéité d'un contenu et doit donc attendre l'injonction judiciaire avant de supprimer un contenu pour des raisons juridiques (il peut évidemment supprimer du contenu pour d'autres raisons, puisqu'il est éditeur).

Le blog Décryptages: droit, nouvelles technologies concilie les deux positions en notant que tout dépend de la loi invoquée. S'il s'agit de celle sur la confiance dans l'économie numérique, la jurisprudence existe, ainsi que la procédure et il est établi que le plaignant s'expose également au risque d'une condamnation pour dénonciation mensongère. Dans le cas d'Hadopi, la pratique devra s'affirmer: «soit les éditeurs obtempéreront à toute demande pas forcément fondée, en partant du principe qu’ils courent un risque. Le risque de censure est patent, par peur du conflit; soit les éditeurs refuseront de faire droit à toute demande et une action en justice sera nécessaire pour le plaignant pour faire retirer le contenu qu’il estime illicite. Si la juridiction fait droit au plaignant la responsabilité de l’éditeur sera engagé. Au contraire, si le juge estime que le contenu n’est pas illicite, c’est le plaignant qui verra sa responsabilité engagée.»

Il appartiendra aux syndicats professionnels de faire valoir qui permettre de préserver le débat tout en lui assurant une certaine tenue, notamment au sein de la commission paritaire des publications et agences de presse où ils devraient siéger prochainement.

Le statut d'éditeur de presse devrait également permettre aux sites de prétendre à la TVA réduite, accordée jusqu'à présent à la seule presse papier. Promise par le plan France Numérique 2012 d'Eric Besson, repris par les états généraux de la presse écrite, elle fait l'objet de trois amendements à la loi de finance pour 2010 déposés par le député UMP Patrice Martin-Lalande, rapporteur du budget «médias». Le premier propose une TVA à 5,5% «comme les produits de première nécessité et la culture», le deuxième un taux de 2,1% «aligné sur le régime de la presse», et le dernier une exonération pour tous les supports, sur le modèle britannique. La mesure ne dépend pas que des parlementaires français, puisque sur ces questions de fiscalité, il faut obtenir un assentiment européen. Néanmoins, dans la mesure où certains pays membres pratiquent des taux réduits, la France peut toujours plaider la distortion de concurrence pour obtenir de pouvoir appliquer ces mesures.

Le ministère de la culture et de la communication a également annoncé «un fonds d'aide aux services en ligne, doté de 19,7 millions d'euros en 2009, 20,2 millions en 2010 et 2011.» Une belle aide au développement du secteur qui cherche encore sa rentabilité, à comparer néanmoins à l'aide dix fois plus importante accordée à la presse traditionnelle (600 millions sur trois ans) qui pourra également prétendre au fonds d'aide aux services en ligne, au titre de leur site Web.

En marge de ces aides, l'Elysée avait demandé à une commission dirigée par Bruno Frappat (alors président du directoire de Bayard presse) de rédiger un code de déontologie, comportant «des droits et des devoirs», annexé à la convention collective des journalistes et dont pourrait dépendre l'attribution des aides. Le projet est désormais connu et proposé aux partenaires sociaux pour discussion.

Nous y reviendrons.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose