Sarkozy-Kadhafi: les avocats de Mediapart écrivent au procureur de Paris

Les avocats de Mediapart ont écrit, jeudi 3 mai, au procureur de la République de Paris à la suite des déclarations faites par l'ancien premier ministre libyen, détenu à Tunis, qui a confirmé nos informations.

Les avocats de Mediapart ont écrit, jeudi 3 mai, au procureur de la République de Paris à la suite des déclarations faites par l'ancien premier ministre libyen, détenu à Tunis, qui a confirmé nos informations. Estimant qu'il s'agit d'un témoin essentiel dans l'instruction des plaintes de Nicolas Sarkozy contre Mediapart et de Mediapart contre ce dernier, pour dénonciation calomnieuse, ils lui demandent de faire en sorte qu'il puisse répondre aux questions de la justice française. Faite dans l'intérêt de la manifestion de la vérité, cette démarche revêt un caractère d'urgence, car il s'agit aussi de veiller à la protection de l'intégrité physique de ce témoin dont plusieurs organisations de défense des droits de l'homme estiment qu'elle serait menacée en cas d'extradition vers la Libye.

Voici donc le courrier adressé par Mes Jean-Pierre Mignard et Emmanuel Tordjman à François Moulins, procureur de la République de Paris :

« Monsieur le Procureur de la République,

« Nous vous informons à la suite du dépôt de la plainte n° P 12-123-4981/1 en dénonciation calomnieuse que nous avons déposée à vos services dans l’intérêt de Messieurs Plenel, Arfi, Laske et de la société éditrice de Mediapart à l’encontre de Monsieur Nicolas Sarkozy que Monsieur al-Baghdadi al-Mahmoudi, ancien secrétaire général du comité populaire général de Libye, poste équivalent à celui de Premier Ministre, a transmis une déclaration par l’intermédiaire de ses conseils, le Bâtonnier Bechir Essid et Maître Mabrouk Kourchid, tous les deux avocats au barreau de Tunis, ville dans laquelle il était placé sous écrou extraditionnel à la demande de la Libye.

« Nos deux confrères ont indiqué que leur client, Monsieur al-Baghdadi al-Mahmoudi confirmait l’existence et donc la véracité des faits évoqués dans la note signée de Monsieur Moussa Koussa en date du 10 décembre 2006, publiée par le journal en ligne Mediapart le 28 avril 2012. C’est à la suite de cette publication que Monsieur Nicolas Sarkozy a déposé une plainte pour faux et usage de faux, recel de faux  et publication de fausses nouvelles contre le site et les journalistes, le 30 avril 2012 en fin d’après-midi.

« Il nous apparaît donc que Monsieur al-Baghdadi al-Mahmoudi est un témoin tout à fait essentiel dans l’instruction des deux plaintes, celle de Monsieur Sarkozy et celle de Mediapart en dénonciation calomnieuse contre le premier. Il risque cependant d’être extradé en Libye et l’organisation Amnesty International comme les ONG tunisiennes de défense des Droits de l’Homme ont sans équivoque fait savoir qu’outre un procès injuste, il était exposé dans ce pays à une exécution arbitraire et rapide.

« C’est pourquoi, dans l’intérêt de la manifestation de la vérité, nous vous demandons de prendre contact avec les autorités judiciaires tunisiennes, directement ou indirectement par la voie diplomatique, de telle sorte que Monsieur al-Baghdadi al-Mahmoudi puisse répondre à une commission rogatoire internationale que vous-même ou un juge d’instruction ne manquerez pas de lancer. Outre la protection de son intégrité physique, c’est sa mise à la disposition de la justice française qui doit être assurée.

« C’est pourquoi il convient de vous assurer sans tarder de cette exigence auprès des autorités judiciaires tunisiennes.

« Nous vous prions de croire, Monsieur le Procureur de la République, en l’assurance de notre haute considération.

« Jean-Pierre Mignard et Emmanuel Tordjman. »

Ce communiqué a été suivi, vendredi soir 4 mai, d'un deuxième, réclamant l'ouverture d'une information judiciaire. Le voici, toujours signé de Mes Mignard et Tordjman:

« La multiplicité des informations, le dépôt de deux plaintes par M. SARKOZY et la société éditrice de MEDIAPART, les conférences de presse qui se succèdent, les révélations qui se font jour, rendent aujourd’hui indispensable l’ouverture d’une information judiciaire confiée à un juge d’instruction. Les deux plaintes doivent lui être confiées.

« Il en va de la manifestation de la vérité.

« C’est pourquoi nous demandons à M. le Procureur de la République de Paris de prendre un réquisitoire aux fins d’informer. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.