mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart lun. 25 juil. 2016 25/7/2016 Édition de la mi-journée

Les agressions de journalistes doivent cesser

Un communiqué de la Société des journalistes de Mediapart La Société des journalistes (SDJ) de Mediapart apporte son soutien à l’ensemble des journalistes agressés et/ou insultés par des militants et des sympathisants de l’UMP. 

Un communiqué de la Société des journalistes de Mediapart 

La Société des journalistes (SDJ) de Mediapart apporte son soutien à l’ensemble des journalistes agressés et/ou insultés par des militants et des sympathisants de l’UMP. 

Ces propos et gestes s’inscrivent dans le sillage des discours de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, qui, depuis plusieurs jours, prenant exemple sur Marine Le Pen, multiplie les attaques contre ces journalistes qui «n’ont hésité devant aucun coup, devant aucune manipulation» (à Saint-Cyr-sur-Loire), les fait huer régulièrement par son auditoire et s’en prend au «terrorisme du système médiatique» (à Longjumeau).

Lors de sa dernière intervention publique avant le deuxième tour, aux Sables d’Olonne ce vendredi 4 mai, le candidat sortant a fait siffler un journaliste au motif qu’il faisait «un direct en (lui) tournant le dos».

Dans la matinée sur Europe 1, il avait condamné «toute personne qui s’en prendrait verbalement ou physiquement à un journaliste» pour aussitôt déclarer «comprendre l’attitude des gens qui sont exaspérés par une forme d’intolérance et de parti pris» de la part des journalistes.

La SDJ de Mediapart regrette l’ambiguïté de la formule utilisée par le chef de l'État, ses invectives répétées dans ses meetings et le climat de violence suscité par ses propos.

L’agressivité de Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche, qui a récemment traité des journalistes de «fachos» et de «vermine Front national», est aussi incompréhensible.

Toute mise en cause de la liberté de la presse est inacceptable. Le droit à l’information n’est pas un privilège accordé aux journalistes, mais un principe inscrit dans la Constitution française et reconnu par de nombreux textes européens et internationaux. Pour exercer leur métier, les journalistes doivent pouvoir rechercher leurs informations sans être inquiétés d’une quelconque manière.

Paris, vendredi 4 mai 2012

La Société des journalistes de Mediapart

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Pas un mot des journalistes de "Mediapart" pour les deux gendarmes assassinées dimanche dernier. Pour une agression avec zéro jour d'ITT d'une journaliste de "Mediapart" ça a cherché à faire du pognon pendant deux semaines. No comment.

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

Le blog

suivi par 764 abonnés

Le blog de La rédaction de Mediapart

Une de Mediapart