La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

541 Billets

29 Éditions

Billet de blog 6 avr. 2012

Edwy Plenel et Fabrice Arfi mis en examen dans l'affaire Bettencourt

Edwy Plenel, Fabrice Arfi, journalistes à Mediapart, et notre ancien collègue Fabrice Lhomme ont été mis en examen, jeudi 5 avril à Bordeaux, pour recel d'atteinte à la vie privée, dans le cadre de l'affaire Bettencourt. A 14 heures, nous vous invitons à discuter avec Edwy Plenel et Fabrice Arfi de ce développement judiciaire que nous contestons fortement (lire notre billet ici).

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

Edwy Plenel, Fabrice Arfi, journalistes à Mediapart, et notre ancien collègue Fabrice Lhomme ont été mis en examen, jeudi 5 avril à Bordeaux, pour recel d'atteinte à la vie privée, dans le cadre de l'affaire Bettencourt. A 14 heures, nous vous invitons à discuter avec Edwy Plenel et Fabrice Arfi de ce développement judiciaire que nous contestons fortement (lire notre billet ici).

Edwy Plenel, président de Mediapart, Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme, ancien de Mediapart aujourd'hui au Monde, ont été mis en examen respectivement par les juges d'instruction bordelais Cécile Ramonatxo, Jean-Michel Gentil et Valérie Noël. Il est reproché à Mediapart d'avoir publié de larges extraits des enregistrements pirates réalisés par le majordome de Liliane Bettencourt, Pascal Bonnefoy, de mi-2009 à mi-2010, alors qu'il voulait démontrer les abus de faiblesse dont celle-ci était victime.

Le 29 mars, le directeur et le rédacteur en chef du Point, Franz Olivier Giesbert et Hervé Gattegno, avaient déjà été mis en examen pour la publication d'extraits.

Mediapart a contesté jeudi ces mises en examen, comme nous nous en étions expliqué mardi, à l'occasion d'une conférence de presse organisée par nos avocats (lire ici). Une plainte pour dénonciation calomnieuse a été déposée par nos avocats auprès du procureur de la République de Bordeaux. Fabrice Arfi et Edwy Plenel ont demandé aussi le statut de "témoin assisté" – qui implique que l'on n'est pas poursuivi, contrairement à celui du "mis en examen" – sans l'obtenir.

Edwy Plenel a cependant estimé auprès de l'AFP qu'à l'issue de près de trois heures d'audition, "les juges ont paru ébranlés mais qu'ils étaient prisonniers des décisions qu'ils avaient déjà prises concernant d'autres confrères". Nos confrères ont notamment rappelé que dans la "Boîte noire" accompagnant les articles sur l'affaire dès le 16 juin 2010, Mediapart précisait bien avoir fait le tri entre les éléments concernant "l'intimité des protagonistes" des enregistrements, qui avaient été "bien entendu exclus" de la publication, et "la partie consistante" de ces enregistrements portant sur "le fonctionnement de la République, le respect de sa loi commune et l'éthique de ses fonctions gouvernementales" qui a été publiée.

"D'une certaine façon nous avons protégé Mme Bettencourt", a assuré Edwy Plenel, jugeant qu'il "y aurait une ironie à ce que les journalistes sans lesquels l'affaire n'aurait pas pris un cours normal soient mis en examen dans le cadre du réquisitoire initial d'un procureur qui faisait tout pour entraver la marche de la vérité à l'été 2010".

"On a le sentiment d'être mis en examen pour avoir fait notre travail", a ajouté Fabrice Arfi, qui ne voit pas "en quoi les éléments publiés par Mediapart relèvent en quoi que ce soit de la vie privée". Fabrice Lhomme, co-auteur des articles, a déclaré qu'il "était nécessaire de publier les enregistrements".

De 13h00 à 15h00, posez vos questions à Edwy Plenel et Fabrice Arfi

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie