La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

539 Billets

29 Éditions

Billet de blog 7 janv. 2020

Mediapart confie à l’AFP son «fil d’actualités»

Alimenté depuis 2016 par la rédaction française de l’agence britannique Reuters, votre fil d’actualités automatisé fait peau neuve et reprend désormais des dépêches d’information de l’Agence France-Presse.

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

À côté des articles du Journal (analyses, enquêtes, entretiens, partis pris, reportages…) et des contenus multimédia du Studio (émissions vidéo, portfolios, podcasts…), Mediapart vous propose depuis juin 2016 un « fil d’actualités » alimenté de façon automatisée par des dépêches d’agences de presse, que vous pouvez consulter sur la page d’accueil du site, à cette adresse ou sous l’onglet dédié de l’application mobile. Notre objectif : vous offrir, lectrices et lecteurs, une couverture en bref, rapide et complète, des événements qui font l’actualité nationale et internationale.

© Capture d’écran

Ce fil était jusqu’à présent alimenté par les dépêches du bureau français de l’agence britannique Reuters. Fin 2018, son propriétaire, le groupe américano-canadien Thomson Reuters, a annoncé la suppression de 3 200 emplois sur deux ans, soit environ 12 % de ses effectifs. Les services non anglophones sont les plus touchés.

Pour continuer de fournir du contenu en français à ses clients, Reuters entend par exemple « généraliser » l’usage de la traduction automatique ainsi que recourir aux services du bureau de Gdynia, en Pologne, où elle a déjà délocalisé le service internet qui met en ligne les dépêches en langue française. Avant le plan de départs, la rédaction parisienne employait environ 80 personnes.

Mardi 17 décembre, les salariés de Reuters en France se sont d’ailleurs mis en grève afin de « dénoncer les méthodes de la direction, qui vient d’informer par téléphone six salariés de son intention de les licencier, six mois jour pour jour après un plan de sauvegarde de l’emploi s’étant soldé par le départ de vingt personnes, soit plus de la moitié des effectifs du service français », ont-ils précisé dans un communiqué.

Cette réorganisation a conduit à une dégradation du service proposé, notamment sur la couverture de l’actualité française, d’où le choix fait par Mediapart de faire désormais appel à l’Agence France-Presse (AFP) pour alimenter ce flux de dépêches. Mediapart remercie les salarié·e·s de Reuters en France pour leur réactivité, leur disponibilité et la fructueuse collaboration de ces quatre dernières années.

Agence de presse mondiale d’origine française « fournissant une couverture rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie des événements qui font l’actualité internationale », l’AFP est, selon ses statuts définis par la loi du 10 janvier 1957, un « organisme autonome doté de la personnalité civile et dont le fonctionnement est assuré suivant les règles commerciales ». En 2018, son chiffre d’affaires s’élevait à environ 300 millions d’euros, composé aux deux tiers de recettes commerciales et pour un tiers de sommes versées par l’État (131 millions d’euros en 2018) en compensation de la « mission d'intérêt général » assurée par l’agence.

Deux organes principaux assurent la direction de l’AFP : le conseil supérieur et le conseil d’administration. « Au total, un huitième des membres du conseil supérieur et un peu plus du quart des membres du conseil d’administration sont désignés par le gouvernement, notamment par le ou la ministre en charge de la communication », expliquait Libération en 2017, dans un article de la rubrique CheckNews portant sur le niveau d’indépendance de l’agence vis-à-vis de l’État français.

Monde, Europe, politique, société, économie, santé, sciences, culture… au total, une sélection d’une soixantaine de dépêches AFP viennent désormais enrichir, au quotidien, la couverture de l’actualité par Mediapart.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Police
Le bras droit du préfet Lallement visé par une enquête pour violences
Alexis Marsan, haut gradé de la préfecture de police déjà mis en cause pour sa gestion violente du maintien de l’ordre notamment lors de la finale de la Ligue des champions au Stade de France, est accusé d’avoir agressé un cycliste alors qu’il circulait sur une moto banalisée mi-mars à Paris. La vidéosurveillance n’a jamais été exploitée, et la plainte orientée vers le mauvais service. Une enquête a été confiée à l’IGPN lundi 4 juillet.  
par Sarah Brethes
Journal
Ces retraités « à bout de nerfs » face aux retards de versement de leur pension
Même quand leur dossier est complet, certains assurés commencent à toucher leur retraite avec des mois de retard, les obligeant à demander le RSA. L’assurance-vieillesse conteste toute situation anormale, mais le Covid et deux transformations récentes pourraient avoir ralenti le système.
par Dan Israel et Faïza Zerouala
Journal
Les agents de l’Assurance maladie sont au bord de la rupture
Des agents du service des indemnités journalières de l’Assurance maladie de Seine-Saint-Denis dénoncent leurs mauvaises conditions de travail qui engendrent des retards dans le traitement des dossiers et le versement des indemnités dues. Ils réclament plus de reconnaissance, des embauches pérennes et de l’avancement.  
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
Lâché par ses ministres pour un mensonge de trop, Boris Johnson finit par démissionner
À la suite d’un nouveau scandale, le premier ministre britannique a annoncé jeudi sa démission après une cinquantaine de départs dans son gouvernement. Il a tenté de résister jusqu’au bout, mais la pression de son parti a été plus forte.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
L’usine occupée des Murs-à-Pêches à Montreuil : Zone à dépolluer et Zone à défendre
Depuis le 2 avril dernier : les 45 habitants et les 27 collectifs qui occupent l’ancienne usine depuis septembre 2020 sont expulsables manu militari sans médiation, sans délai, ni solution de secours. Cette occupation multiforme et créative permet pourtant de maintenir ouvert un débat public indispensable sur la dépollution de ce site et son avenir.
par collectif "Garde la Pêche, Montreuil"
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Zadistes de la République !
En entrant à l’Assemblée, Marine Le Pen a déclaré « c’est pas une ZAD ici ! ». Face à l’effondrement en cours du système Terre, et à l’absence de réponse à la hauteur de la part du monde politique, un collectif de militante·s, responsables et élue·s écologistes appellent à la désobéissance civile. Ils et elles enjoignent à créer « toutes les ZAD nécessaires, pourvu qu’elles nous incitent à nous réveiller collectivement » : « Devenons des Zadistes de la République ! »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
ZAD contre la bétonisation d'un espace agricole de 2,23 ha à Orcet en Puy-de-Dôme
Détruire un espace maraîcher, de verger et de champs cultivés pour bétonner est le projet du maire d'Orcet qui inquiète sa population enfin au parfum grâce à l'action du collectif StopUrba63 appuyé par ANV-COP21, organisateurs de la manifestation réussie du 4 juillet dans le bourg. Il est plus que temps pour ses habitants de refuser cette bétonisation qui va en détruire un joyau précieux.
par Georges-André