Cambriolage au domicile d'un journaliste de Mediapart

Le domicile d'un journaliste de Mediapart a été cambriolé, lundi 7 février, à Paris. Il s'agit d'un studio situé au rez-de-chaussée dans une impasse du XIVe arrondissement de Paris. L'appartement appartient à notre collaborateur Fabrice Lhomme, spécialisé dans les enquêtes sensibles, qui y est domicilié et y reçoit son courrier.

Le domicile d'un journaliste de Mediapart a été cambriolé, lundi 7 février, à Paris. Il s'agit d'un studio situé au rez-de-chaussée dans une impasse du XIVe arrondissement de Paris. L'appartement appartient à notre collaborateur Fabrice Lhomme, spécialisé dans les enquêtes sensibles, qui y est domicilié et y reçoit son courrier.

Toutefois, depuis le printemps dernier, le studio est occupé, à titre gracieux, par une étudiante qui est aussi la baby-sitter de notre journaliste, qui continue de s'y rendre occasionnellement pour y travailler. Le ou les voleur(s) se sont introduits par la fenêtre -qu'ils ont brisée- de la cuisine, qui donne sur l'impasse.

Ils ont dérobé un ordinateur portable -un Mac Book blanc- et un disque dur externe qui y était rattaché. Ont également été volés un sac de voyage, un appareil photo numérique, des câbles reliés à l'ordinateur, mais aussi une guitare et un ukulele. Tous ces objets appartiennent à l'étudiante. En revanche, les papiers d'identité, le chéquier, l'argent liquide et les bijoux -pourtant bien en vue- qui se trouvaient dans l'appartement n'ont pas été emportés. Du reste, le studio ne semble pas avoir été fouillé. Les faits se sont déroulés entre 11h40 lundi matin et 1h30 du matin mardi, laps de temps durant lequel l'appartement était vide.

Une plainte a été déposée mardi après-midi au commissariat du XIVe, qui s'est mis en rapport avec le 3ème district de police judiciaire (DPJ). En effet, le 3ème district est déjà chargé d'élucider le cambriolage opéré à Mediapart voilà quatre mois.

Notre journal avait déposé plainte après avoir constaté la disparition, le 8 octobre, de deux ordinateurs portables et du disque dur externe comportant des archives de Mediapart, ainsi que deux CD-Roms contenant l'intégralité des fameux enregistrements clandestins à l'origine de l'affaire Bettencourt.

Ces CD-Roms se trouvaient dans les tiroirs du bureau où Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme, nos deux confrères qui ont révélé les affaires Bettencourt et Karachi, conservaient certains documents confidentiels. Les deux ordinateurs et le disque dur dérobés étaient situés sur un bureau mitoyen à ceux occupés par Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme. Les ordinateurs portables utilisés par les salariés de Mediapart -y compris les deux volés- sont des Mac Book blanc.

Le 3ème district de la PJ est également chargé du cambriolage dont a été victime, le 21 octobre, un autre journaliste en pointe sur l'affaire Bettencourt, Gérard Davet, du Monde. Ce dernier s'était fait voler son ordinateur portable, à son domicile, dans le XIe arrondissement. Le même jour 21 octobre, Hervé Gattegno, un journaliste du Point lui aussi très mobilisé sur l'affaire Bettencourt, avait été victime d'un vol similaire, puisque son ordinateur lui avait été dérobé dans les locaux de l'hebdomadaire, dans le XIVe arrondissement.

Fabrice Lhomme se refuse pour le moment à lier le cambriolage découvert hier avec les précédents : « Il ne faut pas sombrer dans la paranoïa , estime notre collaborateur. Pour l'instant, s'agissant de mon studio, même si certains éléments peuvent paraître troublants, je privilégie la piste du maraudeur. Mais vu le contexte, on ne peut exclure aucune hypothèse ». Le 3ème district de la PJ se saisissant de l'affaire, nous avons choisi de rendre cette information publique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.