Quatre documentaires soutenus par Tënk et Mediapart

Des rescapées de la Shoah, les Gilets jaunes à Saint-Nazaire, deux jeunes de Grigny à la Zad de Notre-Dame-des-Landes et la vie politique dans le village de Mussolini sont les sujets des films retenus à l'issu de l'appel à projets lancé Tënk, la plateforme de diffusion du documentaire. Nous les accompagnerons en post-production afin qu'ils puissent être diffusés.

Dans une époque où les fake news tentent de raconter le monde, où les contre-vérités les plus éhontées tiennent lieu d’indiscutables certitudes, il est important de s’attacher aux faits, aux actes, au réel qui, seuls, peuvent porter notre histoire, écrire notre récit commun.

Parce que le documentaire, comme l’enquête journaliste s’appuie justement sur des faits, parce qu’ils ont souvent chacun besoin de temps pour les révéler, les faire émerger, Mediapart et la plateforme de diffusion du documentaire d’auteur Tënk travaillent ensemble depuis 2016 pour la visibilité du cinéma documentaire. « Car pour raconter le réel et affûter notre perception du présent, écrivions-nous alors, le documentaire est le prolongement naturel du projet éditorial de Mediapart. »

En 2019, nous avons voulu pousser davantage cette collaboration en allant au-delà de la simple diffusion. Constatant que nombre de films en cours de création ne peuvent s’achever faute de financement, nous avons décidé d’en accompagner quelques uns, à hauteur de nos moyens, dans leur phase de post-production afin qu’ils puissent être diffusés et trouver leur public.

En août dernier nous lancions donc un appel à projets, concernant des films traitant d’enjeux politiques, sociaux ou écologiques contemporains. Des films accompagnés par des sociétés de production. Une cinquantaine de projets ont été envoyés et en décembre dernier, nous en avons retenu quatre :

miss-holocaust

Miss Holocauste, d’Eytan İpeker
90 min, Prod.: Survivance / Kamara
Une maison de retraite à Haïfa en Israël, accueille uniquement des survivants de la Shoah. Depuis quelques années, l’activité phare de l’année est l’organisation d’un concours de beauté pour les habitantes du foyer afin de récolter des fonds.

***

imagine-demain-on-gagne
Imagine demain on gagne, de François Langlais et Arthur Thouvenin
75 min. Prod. : Abordage films 
À Saint-Nazaire, ville de l’économie à flux tendu, des gens aux parcours et aux idées hétérogènes ont porté haut le gilet jaune fluo, devenu symbole d’une révolte inattendue. Ils préparent la seconde assemblée des assemblées générales afin d’inscrire le mouvement dans la durée.

*** 

grano-amaro
Grano Amaro, de Cyril Bérard et Samuel Picas
56 min. Prod.: La Clairière production et Prova Films 
En suivant jour après jour la campagne électorale des élections municipales de Predappio, ville natale de Mussolini, Grano Amaro raconte la politique à l’échelle d’une commune de 6 000 habitants. Le film retrace le combat pour la mairie qui risque de tomber aux mains de l’extrême droite.

***

bachar-a-la-zad
Bachar à la ZAD, de Pierre Boulanger
21 min. Prod. : TOPSHOT Films 
Adil et Bilel n’ont jamais entendu parler de Notre-Dame des Landes avant d’accepter l’idée d’y faire un court séjour. Originaires de Grigny en banlieue parisienne, ils découvrent sur la Zad une conception du vivre ensemble qui leur est tout à fait étrangère, et les conduit à questionner leur rapport à la société et à l’engagement politique.

***

Les équipes de ces films vont donc être accueillies et prises en charge à Lussas en Ardèche (où réside Tënk) pour quelque trois semaines d’étalonnage, de montage et de conseils. Et ces documentaires seront diffusées sur Mediapart et sur Tënk en 2020 et 2021.  

Sophie Dufau

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.