Spécialisée dans les affaires de presse, la dix-septième chambre du tribunal correctionnel de Paris a constaté hier la défection du député (PS) de l'Essonne dans l'instance qu'il avait initiée contre notre journal. La citation du parlementaire, tête de liste socialiste aux élections régionales dans son département, a été déclarée irrecevable par le tribunal pour défaut de consignation, le plaignant n'ayant pas déposé la somme requise pour garantir une plainte qui met en branle la machine judiciaire. L'un de ses avocats a déclaré à la barre que Julien Dray renonçait ainsi à poursuivre Mediapart.

A l'origine, Julien Dray poursuivait un article de Fabrice Lhomme, mis en ligne le 24 juillet 2009 et intitulé: L'enquête de la brigade financière accable Julien Dray. Depuis, il avait lui-même fortement médiatisé cette plainte en critiquant vivement notre compte-rendu de la décision finale du parquet de Paris le concernant, c'est-à-dire un rappel à la loi. Ses déclarations nous avaient amenés à deux mises au point, l'une du directeur de Mediapart, Edwy Plenel, sur son blog; l'autre de Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme qui, dans un article de notre journal, avaient répondu point par point aux allégations erronées du député socialiste.

Mediapart se félicite évidemment de la décision raisonnable prise par Julien Dray qui évitera à une justice déjà bien malmenée un encombrement inutile. Et nous sommes certains que les médias, notamment France Info, qui ont abondamment relayé ses intentions initialement vengeresses à notre endroit, auront à cœur d'informer le public de cet heureux point final.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.