Photos du trésorier de Marine Le Pen: Mediapart fait appel

Mediapart et Canal Plus avaient publié des photos du trésorier de Marine Le Pen, Axel Loustau, bras tendu. Notre enquête permettait d’affirmer qu’il s’agissait d’un salut fasciste. Le tribunal correctionnel de Paris n’est pas de cet avis et a condamné Mediapart pour diffamation. Nous faisons appel de cette décision.

Le 24 novembre 2014, Mediapart publiait, sous la plume de Marine Turchi, une enquête fouillée résumant plus de deux années de travail sur les amitiés sulfureuses de proches de la présidente du FN – notamment Axel Loustau, trésorier du microparti de Marine Le Pen, élu depuis conseiller régional d’Ile-de-France –, ainsi que sur leurs curieux rituels (lire l’article ici).

Ce long article dévoilait un grand nombre d’éléments parmi lesquels figuraient deux photos montrant M. Loustau bras tendu à son quarantième anniversaire, en février 2011, à Paris.

capture-d-u2019e-cran-2017-10-10-a-19-47-51

Lors de cette soirée festive étaient notamment présents l’ex-chef du GUD (Groupe Union Défense) Frédéric Chatillon – lui aussi proche de Marine Le Pen et poursuivi, comme M. Loustau, dans l'enquête sur le financement des campagnes 2012 du FN –, et Minh Tran Long, un ancien du groupe néonazi la FANE. Ces clichés avaient été révélés par un documentaire de Canal+ consacré aux violences d’extrême droite et diffusé le même jour dans l’émission "Spécial Investigation".

Le 12 décembre 2015, Axel Loustau avait déposé plainte pour diffamation à l’encontre de Mediapart – Edwy Plenel, directeur de la publication et Marine Turchi –, mais pas à l’encontre de Canal Plus. Le frontiste avait poursuivi le qualificatif de «salut fasciste» figurant dans le titre de l’article et son chapô. Il n’avait en revanche pas attaqué le contenu de l’article et nos informations.

Lors de l’audience, le 8 septembre 2017, Axel Loustau a dénoncé un « acharnement » de la part de Mediapart, et démenti avoir fait un salut fasciste.

Mediapart et son avocat, Me Emmanuel Tordjman, ont de leur côté produit 29 pièces: des vidéos, photos, documents, captures de comptes Facebook, et trois témoignages. À la barre, le journaliste de Canal Plus, Thierry Vincent, entendu en qualité de témoin, a raconté les conditions dans lesquelles il avait découvert ces photographies issues du compte Facebook d’Axel Loustau et pourquoi il avait qualifié ce geste de «salut fasciste» dans son documentaire.

L’auteure de l’article, Marine Turchi, a expliqué pourquoi ce geste pouvait être qualifié de salut fasciste: bras incliné à la verticale, doigts collés et pouce replié bien fermement sur la main. Notre journaliste a détaillé ses deux années d’enquête et les multiples éléments recueillis. En particulier la rencontre d’Axel Loustau avec l’ancien Waffen-SS Léon Degrelle lorsqu’il était militant du GUD, sa proximité avec les antisémites Alain Soral et Dieudonné, ou encore les allusions implicites au IIIe Reich ou à la Shoah figurant sur des messages Facebook, tous constatés par huissier, issus de comptes aux noms d’anagrammes d’« Axel Loustau », où l’on retrouve un grand nombre des proches et amis de M. Loustau, parmi lesquels sa femme et son vieil ami Frédéric Chatillon.

Mardi 10 octobre, les juges ont estimé que ces éléments de preuve apportés par Mediapart « ne suffisent pas à prouver, avec certitude, qu'il s'agit d'un salut fasciste ». Ils estiment que cette « référence au "code" gestuel nazi du pouce replié et de la main tendue (...) demeure de l'ordre de l'interprétation subjective ». Le tribunal correctionnel de Paris a en conséquence condamné le directeur de la publication de Mediapart, Edwy Plenel, à 500 euros d'amende, et la journaliste Marine Turchi, à 500 euros avec sursis. Ils devront également verser 1000 euros de dommages et intérêts à M. Loustau et 2000 euros pour les frais de justice.

L’avocat d’Axel Loustau, Me Frédéric Pichon, s’est félicité mardi de cette « décision de bon sens ». « Mediapart regrette cette décision et en fait immédiatement appel », a de son côté indiqué à l'AFP Me Emmanuel Tordjman. « Mediapart demandera à la cour d'appel de reconnaître la qualité de son travail et le fait qu'il pouvait publier cette information relevant à l'évidence de l'intérêt général ».

Régulièrement attaqué et poursuivi par le Front national ou l’entourage de Marine Le Pen, Mediapart a jusqu’à présent toujours gagné ses procès. Depuis cet article, nous avons poursuivi notre travail d’information sur le trésorier de Marine Le Pen et son groupe – retrouvez nos révélations ici, et ou encore .

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.