La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

537 Billets

29 Éditions

Billet de blog 14 juin 2021

Mediapart publie les premières enquêtes de Splann !, ONG journalistique en Bretagne

« Bretagne, bol d’air à l’ammoniac » : tel est le titre de la première série d’enquêtes de Splann !, que Mediapart publie en accès libre. Alors que la liberté d’informer sur l’industrie agroalimentaire est sérieusement menacée, cette ONG journalistique financée par des dons veut faire de l’information un bien public.

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

Première région d’élevage de porcs, de vaches laitières et de volailles, la Bretagne, « garde-manger de la France », subit le contrecoup de son modèle intensif tourné vers l’exportation de produits à faible valeur ajoutée. Si le problème des algues vertes est maintenant connu de tous, une autre pollution, plus insidieuse, est la source d’un grave problème de santé publique : l’ammoniac.

Émis principalement lors des épandages de lisier, de fumier et d’engrais de synthèse, ce gaz est un précurseur majeur des particules fines qui causent des dizaines de milliers de morts prématurées en France chaque année.

© Splann !

Dans cette première enquête en trois volets (à lire ici et ), Splann !, une toute nouvelle ONG dédiée à l’investigation journalistique en Bretagne, met en lumière le laxisme des pouvoirs publics. En dépit des efforts de quelques associations et lanceurs d’alerte, la surveillance des émissions bretonnes d’ammoniac n’avance qu’à petits pas.

Seuls les plus gros élevages de porcs et de volaille sont contraints de déclarer leurs émissions annuelles. Quand l’Autorité environnementale est invitée à donner son avis sur des extensions de fermes ou des constructions de méthaniseurs, ses recommandations sont soigneusement mises de côté.

Quant à la réduction substantielle des cheptels, identifiée comme le chemin le plus rapide et le plus efficace pour réduire la pollution atmosphérique, elle n’est pas au programme. Dans ces conditions, la Bretagne augmente toujours plus ses émissions.

À travers cette enquête, réalisée notamment à partir de données publiques, Splann ! espère déplacer le problème de l’ammoniac agricole des cénacles d’érudits vers l’agora. Face aux catastrophes écologiques qui obscurcissent la perspective d’un avenir désirable, et à un moment où la liberté d’informer sur l’industrie agroalimentaire est sérieusement menacée en Bretagne et ailleurs, l’association à but non-lucratif croit à un « journalisme d’intervention » qui contribue à l’amélioration des pratiques.

Cette enquête au long cours, débutée en septembre 2020, a été réalisée par la journaliste Caroline Trouillet (déjà autrice d’un reportage sur Mediapart), accompagnée par un comité éditorial composé de cinq journalistes professionnels qui interviennent ici à titre bénévole. Pierre Corbin est l’auteur des modélisations cartographiques ; Tudual Karluer a traduit les textes en breton. Les articles et documents sont mis à la disposition du public gratuitement via le site de Mediapart, le réseau de radios associatives en langue bretonne Radio Breizh, le mensuel Le Peuple breton et la chaîne de télévision France 3 Bretagne.

Ce travail a été entièrement financé par des dons, versés à 92 % par des particuliers et à 8 % par des associations, au premier rang desquelles Les Amis de La Terre. En date du 11 juin, Splann ! a collecté au total 66 000 euros via la plateforme de financement participatif HelloAsso. Plus gros contributeurs, Les Amis de la Terre a versé 3 000 euros et BDZH a distribué les 1 700 euros qui lui restaient après dissolution.

Par souci d’indépendance, Splann ! ne veut recevoir ni subvention ni mécénat d’entreprises. De plus, aucune fondation ne peut verser plus de 10 % du budget annuel de l’association. Et aucune intervention éditoriale des donateurs n’est admise.

© Splann !

Ce modèle économique est calqué sur celui de l’ONG Disclose, lancée en 2018 et dont Mediapart a déjà relayé plusieurs enquêtes, sur l’usage massif d’armes françaises dans la guerre au Yémen, l’héritage empoisonné des essais nucléaires français en Polynésie, les violences sexuelles dans le monde du sport ou les secrets du géant mondial des produits laitiers Lactalis

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran