La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

541 Billets

29 Éditions

Billet de blog 15 janv. 2014

A qui appartient votre journal ?

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

Mediapart occupe une place à part dans le paysage de la presse française : sans publicité, sans subventions, sans mécène ou industriel intéressé, bref ne vivant que du seul soutien de ses lecteurs. Le but de la campagne qui commence demain, 16 janvier, sur les écrans et sur les ondes est de le faire savoir dans l’espoir de renforcer notre indépendance.

Depuis bientôt six ans d’existence, Mediapart s’est fait connaître par ses informations originales, inédites ou exclusives. Mais ce qui ne se sait pas encore assez, c’est que ce journal numérique sans équivalent est aussi une exception économique dans la presse française.

Journal quotidien, sept jours sur sept avec trois éditions journalières, Mediapart est dirigé par les journalistes qui l’ont fondé. Son capital est majoritairement contrôlé par ses fondateurs, ses salariés et ses amis, dans un pôle d’indépendance qui exclut tout risque de conflit d’intérêts et toute soumission à des pressions extérieures. N’acceptant pas la publicité et refusant les subventions, il ne vit que des abonnements de ses lecteurs, sa seule recette.

En dehors du Canard enchaîné qui, lui aussi, n’accepte pas la publicité et est contrôlé par ses journalistes, cette indépendance radicale en fait un cas à part dans sa catégorie, la presse nationale d’information politique et générale. Elle fonde la culture professionnelle de sa rédaction et l’ambition entrepreneuriale de toute son équipe : un journal de journalistes, une entreprise sans but lucratif, une aventure éditoriale et économique destinée à démontrer que notre travail d’information peut rencontrer la confiance du public, créer de la valeur et servir la société.

Cet exemple est utile au bien public : à la démocratie, qui a besoin d’une presse vivante et pluraliste, sans dépendance de l’argent public ni soumission à des industriels privés, sans aveuglements partisans ni divertissements racoleurs ; aux journalistes, à tous les journalistes qui, là où ils travaillent, se battent pour faire respecter leurs droits et qui, dans cette bataille, ont besoin de points d’appui et de lieux de référence ; aux lecteurs évidemment qui, doutant à juste titre de l’indépendance des médias, sont à la recherche d’une presse vraiment libre qui, de plus, par son souci participatif, donne libre champ à l’expression de leur liberté d’opinion.

Décidée l’été dernier, la campagne que nous menons, à partir du jeudi 16 janvier et durant trois semaines, sur des chaînes télévisées (iTélé, BFM et LCI) et sur des ondes radiophoniques (Nova, TSF Jazz, Beur FM, BFM Business), est destinée à rappeler cette identité spécifique de Mediapart. Elle a été conçue avec l’aimable et généreux appui de TBWA Corporate, les équipes de TBWA nous ayant déjà aidés au tout début de notre lancement, en 2008 (lire ici), dans une démarche de conviction louable pour des publicitaires professionnels puisque les amenant à faire l’éloge d’un journal… sans publicité. Le coût de cette campagne est au total de 150 000 euros, répartis en un tiers pour la création et les deux autres tiers pour la diffusion.

Lancée discrètement ces derniers jours sur les réseaux sociaux (c’est ici et , à partager sans modération), cette campagne a pour Sésame la question suivante : « À qui appartient votre journal ? » La réponse finale résume notre message : « Mediapart, seuls nos lecteurs peuvent nous acheter. » En voici la version télévisuelle (disponible ici sur DailyMotion et là sur YouTube) :

© Mediapart

Et la version radio :

Pour vous qui êtes attachés à ce journal, à ses contenus de qualité, à ses espaces participatifs, à l’indépendance qui réunit ici journalistes et lecteurs, et à notre succès collectif au nom de cette indépendance, cette campagne est aussi la vôtre. N’hésitez pas à vous en emparer de façon que nous progressions vers l’objectif qui mettra définitivement Mediapart hors d’atteinte des aléas et des accidents : 100 000 abonnés, quand aujourd’hui vous êtes 83 000.

En dehors de nos informations, quand du moins elles sont reprises par des médias grand public, nous n’avons pas d’autre moyen de nous faire connaître que le soutien de nos lecteurs, l’abonné faisant l’abonné par sa recommandation auprès de nouveaux lecteurs potentiels. Une page spécifique est donc dédiée sur Internet à cette campagne pour que vous puissiez la partager auprès de vos amis, relations et parents (la découvrir ici). Durant les trois semaines de cette campagne, une offre spéciale d’abonnement est proposée avec un premier mois à 1 euro, puis une tacite reconduction au tarif normal (la retrouver ici).

En lançant Mediapart, nous aimions citer cet éditorial inaugural d’Albert Camus dans Combat, en 1944 : « Notre désir, d’autant plus fort qu’il était souvent muet, était de libérer les journaux de l’argent et de leur donner un ton et une vérité qui mettent le public à la hauteur de ce qu’il y a de meilleur en lui. Nous pensions alors qu’un pays vaut souvent ce que vaut sa presse. Et s’il est vrai que les journaux sont la voix d’une nation, nous étions décidés, à notre place et pour notre faible part, à élever ce pays en élevant son langage. »

Cet engagement nous oblige, et c’est pourquoi nous avons voulu le faire connaître au plus grand nombre.

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat