Mediapart Awards 2019: les lauréats

Des milliers de votant·e·s ont tranché : Alexandre Benalla, Christophe Castaner, François de Rugy, Jean-Paul Delevoye… Découvrez tous les lauréats des Mediapart Awards 2019, catégorie par catégorie.

Ce fut serré. Et même douloureux, comme l’ont montré les commentaires de nos lecteurs. « C’est bien la première fois que lors d’une élection, j’ai envie de voter pour tout le monde », « Si un jour on m’avait dit que je voterais Sarkozy ! »« C’était super dur ! Ils se sont surpassés cette année, on peut être fiers de nos représentants ». Jacques Martin a été abondamment cité : « Il faudrait pouvoir faire comme lui et dire “Tout le monde a gagné !” »

Quelle rude compétition que ces Mediapart Awards. Quel suspense. Et quel dénouement ! Voici donc en vidéo les lauréats désignés par les 13 518 participant·e·s au vote.

Les lauréats des Mediapart Awards © Mediapart

Certains candidats ont semblé vouloir influencer les votes, alors que le scrutin était déjà lancé depuis le 11 décembre. Jean-Paul Delevoye a par exemple su capter toute l’attention pendant la période électorale, en faisant découvrir tous les jours ou presque l’un de ses mandats cachés. François de Rugy, nommé pour avoir offert du homard à ses amis avec de l’argent public, et sûrement inquiet de se voir dépassé dans la dernière ligne droite, a répliqué dans son style si caractéristique le 13 décembre sur Public Sénat« Sur certains marchés en Bretagne, les langoustines coûtent beaucoup plus chères [sic] que le homard mais un titre sur les langoustines, ça n’aurait pas eu le même impact. » 

Franchement, comment ne pas s’incliner devant un tel talent, une telle persévérance, une si merveilleuse équipe de communicants ? Nommé dans trois catégories, Rugy devra cependant se contenter du prix Actor’s Studio. C’est dire le niveau requis.

Comme lors de référendums pour lesquels les citoyens ne répondent pas toujours à la question posée, certains de nos lecteurs se sont éloignés des consignes et ont voulu récompenser des candidats pour l’ensemble de leur œuvre : « Balkany, on devrait lui donner la palme car lui, ça fait des décennies qu’il vole. » À l’inverse, pour d’autres, « Sarko devrait être hors catégorie, un peu comme Messi pour le Ballon d’or ».

Car toute présélection prête à contestation. Il nous fut reproché l’absence de François Bayrou, du préfet Lallement, et de tant d’autres personnalités… Cela n’a pas empêché la mobilisation massive des é·lecteurs en cette fin d'année.

  • Les résultats complets

awards-resultats

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.