Mediapart devient partenaire de En attendant Nadeau

Deux journaux indépendants se rejoignent. Mediapart noue un partenariat avec la publication 100 % numérique En attendant Nadeau, « journal de la littérature, des idées et des arts ». Animée par l’équipe qui a accompagné Maurice Nadeau de 1966 à 2013, au temps de La Quinzaine littéraire, et de jeunes collaborateurs, cette revue en ligne nous permettra d’être plus présents sur la littérature française et étrangère, fiction et essais.

En attendant Nadeau (le site est ici) a été créé il y a un an, lorsque de nombreux collaborateurs de La Nouvelle Quinzaine littéraire ont choisi de quitter ce journal, par fidélité à la mémoire de Maurice Nadeau. D’où ce titre baroque qui dit une nostalgie mais revendique aussi un héritage d’avenir, celui d’un critique, d’un éditeur qui n’a cessé d’explorer les voies nouvelles de la littérature.

capture-d-e-cran-2016-08-23-a-09-15-20

Pierre Pachet, subitement décédé fin juin, Tiphaine Samoyault, Jean Lacoste et l’ensemble de l’équipe (voir ici sa composition) ont ainsi plongé dans le grand bain numérique, ancrant la modernité d’Internet dans la farouche tradition d’indépendance dont a fait preuve toute sa vie Maurice Nadeau. « Nous sommes persuadés qu’il y a encore une place, même précaire, pour le “geste critique”, dans sa diversité, que cherche à préserver En attendant Nadeau », écrivent-ils.

Dès lors, la rencontre avec Mediapart était comme programmée. Journal d’information générale, Mediapart a dès sa création voulu donner une large place à la littérature comme aux débats d’idées. Dans la mesure de nos moyens, bien sûr, et dans ce que doit être l’équilibre global d’un journal comme le nôtre. Mais nous nous sommes efforcés, année après année, d’augmenter cette proposition éditoriale, en particulier en multipliant les débats et entretiens vidéos.

Cet été, les lecteurs de Mediapart ont aussi pu découvrir plusieurs séries d’articles autour de la littérature, comme nous explorons actuellement les centaines d’ouvrages publiés à l’occasion de cette rentrée littéraire :

Dans la famille de la littérature sociale italienne
Au détour des livres

Edith Thomas, écrivaine et résistante oubliée

Rentrée littéraire 2016

Un week-end sur deux, à partir de ce samedi 27 août, l’équipe d’En attendant Nadeau publiera donc un article de son choix. Il va de soi que cette collaboration se fait en toute liberté et qu’elle est d’autant plus aisée que Mediapart se retrouve aisément dans les envies éditoriales de nos partenaires.

En effet, à l’heure où certains médias aiment tant vanter les littérateurs d’Académie (cf. la promotion en six épisodes de Jean d’Ormesson dans Le Monde ce mois d’août), nous préférons partir à la découverte et sortir au grand air. Maurice Nadeau fut l’un des grands éclaireurs de la littérature du XXe siècle. Et l’équipe qui l’a entouré poursuit avec expertise et générosité cette œuvre. « Lire, c'est alors errer, se laisser déborder ou égarer, s'informer et rêver à des ailleurs. Ce que nous souhaitons à la communauté idéale de ceux qui nous suivent », écrivait Pierre Pachet dans un récent éditorial.

Le propos fait écho à un texte écrit en mars 1953 par Maurice Nadeau, « manifeste » pour le lancement d’une nouvelle revue que lui avait confiée René Julliard, Les Lettres nouvelles. « La littérature mène par l’art à la vie, qui n’est pas seulement la vie durable des chefs-d’œuvre, mais également cet univers de pensées, de sentiments, de sensations, de désirs où chacun d’entre nous se meut, le plus souvent aveuglément, avant que la littérature qui, à ce prix, est à la fois conscience et maîtrise, lui en donne la clé. »

Et Nadeau de conclure : « Nous voulons donner à cette voix la possibilité de se faire mieux entendre, en laissant les gloires assises à leur admiration mutuelle, les vedettes et chefs de file à leurs querelles ou leurs parades, en accueillant tous ceux qui ont quelque chose à dire et qui s’efforcent de le dire aussi bien que possible. » (1)

Modestement, c’est cette ambition que ce partenariat Mediapart-En attendant Nadeau souhaite faire vivre.

François Bonnet (Mediapart)
Jean Lacoste (En attendant Nadeau)

(1) Ce texte est publié dans un livre de Maurice Nadeau, Serviteur ! Un itinéraire critique à travers livres et auteurs depuis 1945, paru chez Albin Michel en septembre 2002

--------------------

À lire sur Mediapart, cet article d'Antoine Perraud : Maurice Nadeau, éditeur du feu de Dieu

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.