Le Serment du Centquatre pour l’accueil des migrants: rendez-vous mercredi 31 octobre à partir de 19h sur Mediapart

Tenue jeudi soir à Paris, la première réunion publique du Manifeste « Pour l’accueil des migrants » a remporté un grand succès. Un « Serment du Centquatre » y a été prêté par les onze médias initiateurs. Elle sera diffusée en intégralité, avec en bonus des interviews des personnalités politiques présentes, mercredi 31 octobre à partir de 19 heures, en accès libre, sur Mediapart.

Jeudi soir 25 octobre était organisée au Centquatre à Paris une grande soirée de mobilisation autour du Manifeste « Pour l’accueil des migrants » (pour le signer, c’est ici) désormais porté par onze médias (Mediapart, Politis, Regards, L’Humanité, La Marseillaise, le Bondy Blog, Alternatives économiques, Bastamag, « Là-bas si j’y suis », Siné Mensuel, Le Courrier des Balkans). Animée par l’historienne Mathilde Larrère, elle a rencontré un très grand succès : plus de mille personnes, citoyens, anonymes et personnalités se sont présentées dans une salle qui ne contenait que quatre cents places, où prises de parole, témoignages, tables rondes, interventions artistiques, etc., se sont succédé durant trois bonnes heures. Nous présentons nos excuses à toutes celles et tous ceux qui n’ont pu y assister.

Ce succès est une incitation à prolonger le rassemblement initié par ce Manifeste (lire ici et ). D’ores et déjà la soirée du 25 octobre sera intégralement diffusée sur Mediapart, mercredi 31 octobre à partir de 19 heures. Cette diffusion sera augmentée d’interviews réalisées sur place avec des personnalités politiques présentes au Centquatre afin de soutenir le Manifeste. Cette diffusion sans frontières de mercredi prochain est l’occasion de populariser le Manifeste, en organisant des rencontres collectives autour de ce rendez-vous.

Le Serment du Centquatre Le Serment du Centquatre
À l’issue de la soirée, les onze médias organisateurs ont collectivement lu « Le Serment du Centquatre » (le découvrir ci-contre et ci-dessous) pour interpeller les hommes et les femmes politiques, élu-es locaux ou au niveau national et européen, afin d’attester et de signer les engagements pris dans ce texte. Dès sa publication, de nombreuses personnalités politiques, présentes dans la salle ou via les réseaux sociaux, ont prêté serment.

Nous adressons ce serment aux élu-es et leur demandons de s’engager pour que cessent l’aveuglement politique, l’indifférence et surtout la banalisation des idées et des politiques de rejet. Nous continuerons de rendre compte de la réalité des maltraitances faites aux nouveaux proscrits que sont les migrants, mais aussi des initiatives généreuses et courageuses des associations, des maires et des personnes qui portent secours et accueillent.

Le succès du Manifeste « Pour l’accueil des migrants », qui a réuni plus de 50 000 signatures, et cette soirée au Centquatre qui a largement rencontré l’écho attendu et espéré – notamment par les associations qui œuvrent au quotidien auprès des migrants –, nous donnent la responsabilité de poursuivre le travail d’éveil et de réveil des consciences. 

Cette responsabilité nous oblige et nous conduit à rendre encore plus visible cette France de l’accueil qui combat sur le terrain et contredit par l’action les discours de haine et de peur, trop complaisamment relayés dans l’espace public. En rassemblant toutes ces bonnes volontés qui honorent notre pays, nous démontrerons qu’il n’y a aucune fatalité à courir vers l’abîme du rejet et du repli.

C’est pourquoi nous nous sommes publiquement engagés hier à organiser un nouveau grand rendez-vous public #PourLAccueilDesMigrants au début de l’année 2019.  

Le Serment du Centquatre

Considérant que l’humanité n’est pas assignée à résidence et qu’il n’y a pas de crise migratoire mais une crise de l’accueil;

Considérant que toute concession aux idéologies de rejet des étrangers et aux politiques de préférence nationale nourrit les peurs et fait le lit de la haine, au lieu de faire reculer les ombres qui menacent ;

Considérant que, de même qu’hier, un peuple qui en opprimait un autre ne pouvait être libre, aujourd’hui un peuple ne sachant pas être au rendez-vous des solidarités avec l’humanité ne saura plus les défendre pour lui-même ;

Considérant que toute dérobade au devoir d’hospitalité ouvre la voie à la remise en cause de l’égalité des droits, fondement premier d’une politique démocratique, au plus grand bénéfice de l’autoritarisme et du fascisme qui grandissent.

Les médias initiateurs du Manifeste « Pour l’accueil des migrants » demandent aux élus locaux, nationaux et européens, à tous les responsables politiques qui entendent solliciter les soutiens et les suffrages des citoyennes et citoyens pour pouvoir agir et gouverner, de faire le serment d’accueillir les migrants.

C’est-à-dire :

Le serment de s’engager à respecter les droits fondamentaux de tout être humain à quitter tout pays, y compris le sien, à y revenir et à circuler librement à l’intérieur d’un État, tels qu’ils sont énoncés par l’article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Le serment de promouvoir un accueil digne de tous les nouveaux arrivants, de leur assurer les droits civils, sociaux et politiques qui leur sont dus, avec des dispositifs publics assurant la prise en charge des personnes les plus vulnérables et l’information complète de tous les migrants sur leurs droits.

Le serment de garantir le respect effectif du droit d’asile des personnes menacées de persécution, avec l’élargissement des critères ouvrant droit au statut de réfugiés afin de prendre en compte les causes variées de l’exil forcé.

Le serment de refuser toute discrimination liée à l’origine, à la culture, à l’apparence ou à la croyance, tout comme au sexe et au genre.

Le serment de faire en sorte que le pays où furent proclamés sans frontières les Droits de l’homme et du citoyen ne soit pas celui de sa seule déclaration, mais celui qui leur donne vie et réalité, par une politique volontaire et exemplaire.

Paris, le 25 octobre 2018

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.