La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

546 Billets

29 Éditions

Billet de blog 28 févr. 2017

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

Pourquoi nous voulons un débat public Hamon/Mélenchon

Depuis plusieurs jours, Mediapart, Libération et Regards appellent ensemble Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon à débattre publiquement de ce qui les distingue dans la course à la présidentielle et justifie leur impossible entente aux élections à venir. Les électeurs de gauche sont en droit de savoir ce qui interdit véritablement une candidature unique. D’où cet appel à un débat public.

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon seront donc tous les deux candidats à la présidentielle « jusqu’au bout ». C’est ce qui a été acté lors d’un dîner entre les deux hommes vendredi soir, dans un restaurant chilien du quartier Ménilmontant, à Paris. Dîner tenu secret et à huis clos, et dont l’existence a été révélé par un collaborateur du site culturel Diacritik qui se trouvait là par hasard. Les entourages ont dû confirmer puis les deux candidats commenter en quelques phrases lapidaires l’impossibilité d’une fusion des candidatures et d’une union de la gauche.

En faisant le choix de maintenir et l’un et l’autre leur candidature, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon prennent la responsabilité historique de voir la gauche éliminée dès le premier tour de la présidentielle, le 23 avril. Ce ne sont pas seulement les sondages qui le laissent prévoir, mais un examen de terrain et une analyse des tendances de cette campagne. Benoît Hamon ne parvient pas même à convaincre les électeurs socialistes et l’appareil du PS. Jean-Luc Mélenchon ne réussit pas plus à élargir ses soutiens et imprimer une dynamique nouvelle à sa campagne.

Sauf accident ou énorme événement politique (il n’en a certes pas manqué depuis le début de cette campagne), l’élimination de la gauche et des écologistes est une quasi-certitude. Un dîner à huis clos entre deux hommes peut-il tenir lieu de délibération quand des millions d’électeurs de gauche s’interrogent et soupèsent le pour et le contre de ce qui pourrait devenir une candidature unique ?

Ce lundi, Jean-Luc Mélenchon évoque « l’avenir de l’Union européenne » comme irréductible désaccord. C’est effectivement le point de rupture le plus sensible. Mais un compromis est-il absolument impossible, une fois laissées de côté les positions incantatoires de l’un et l’autre camp ? De son côté, Benoît Hamon a gagné une primaire sur une ligne de gauche et remet au cœur des priorités politiques la question sociale, l’urgence démocratique et la nécessaire transition écologique. Ces thématiques se retrouvent en tout aussi bonne place dans le programme de la France insoumise. Il faut donc en conclure que la somme de leurs convergences est moins importante que la soustraction de leurs désaccords. Encore faut-il qu’ils en fassent la démonstration. Publiquement.

Un point notamment nous semble devoir faire l’objet d’une discussion : celui de la réforme institutionnelle dans une démocratie à bout de souffle. Assemblée constituante voulue par le candidat Mélenchon ; changement de République et de système de représentation politique chez le candidat Hamon : n’y a-t-il pas là un socle commun à partir duquel, justement, se redéfiniront les politiques à mettre en œuvre ? Si le maintien des candidatures de Hamon et Mélenchon se justifie sur le fond et la forme – ainsi en ont-ils décidé –, ils doivent des explications circonstanciées, publiques, aux électeurs. Un débat s'impose entre les deux figures pour mieux éclairer le choix que devront faire les électeurs – notamment de gauche.

Ce débat que nous proposons est donc une initiative d’explication et de sursaut. Explication pour comprendre exactement comment Hamon entend gérer l’héritage du quinquennat Hollande et s’en émanciper ; pour comprendre si Mélenchon est disposé à ne pas seulement s’engager dans une aventure présidentialiste isolée. Sursaut pour entreprendre la reconstruction de la gauche dès aujourd’hui, sans attendre qu’une défaite assurée ne la rende plus longue, plus complexe, plus douloureuse encore.

Il ne nous appartient pas d’appeler à une candidature unique de la gauche. En revanche, l’exigence d’un débat public – face à la menace d’une droite conservatrice et d’une extrême droite désormais aux portes du pouvoir – relève de la responsabilité des candidats de la gauche. Ils doivent cette discussion croisée aux Français. C’est la raison pour laquelle les rédactions de Libération, Mediapart et Regards s’associent pour organiser un débat vidéo en direct de deux heures, de 20 h 30 à 22 h 30, et invitent Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon à en accepter le principe. Nous restons à la disposition de leurs équipes pour affiner le cadre de ce débat.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop