«Zero Impunity», publié sur Mediapart et primé au Fipa

« Zero Impunity » est un projet transmédia dont Mediapart est partenaire et qui est relayé par plusieurs médias internationaux. Cette opération dénonce l’impunité qui protège les auteurs de violences sexuelles en conflit armé. Ce week-end à Biarritz, ce projet a reçu le premier prix du prestigieux Fipa récompensant les créations dessinant l'avenir de l'audiovisuel.

De l'opération « Zero Impunity », nous avons déjà diffusé en janvier deux enquêtes : Les exactions impunies de l’opération Sangaris et Comment les Etats-Unis ont choisi la torture sexuelle.

zeroimpunity-logo-1
Ce week-end, à Biarritz, à l’issue du 30e Fipa (Festival international de programmes audiovisuels) « Zero Impunity » a reçu le premier prix Smart Fipa, une catégorie qui veut promouvoir la création digitale afin d’anticiper « l’avenir de l’audiovisuel en misant sur les écritures, les technologies et les talents de demain ». Onze équipes concouraient, mêlant documentaire, réalité virtuelles, jeu interactif. Certaines étaient portées par France Télévision, ARTE, le New York Times ; un autre projet encore est sélectionné aux Emmy Awards… et c’est « Zero Impunity », projet activiste d’investigation transmédia documentant et dénonçant l’impunité qui protège les auteurs de violences sexuelles en conflit armé, qui a séduit le jury.

Début janvier, Justine Brabant et Leïla Miñano, journalistes, auteures de l'enquête sur la Centrafrique
 d'un côté, Nicolas Blies et Stéphane Hueber-Blies (société a_BAHN), initiateurs de ce projet et « documentaristes activistes » de l'autre, étaient les invités de la rédaction de Mediapart. Ils donnaient dans la vidéo ici, les détails de leur projet :



« Zéro Impunity » publiera au total six enquêtes exclusives menées par un collectif de onze journalistes indépendants. D’ici la fin mars 2017, elles nous mèneront de Washington à Bangui (République Centrafricaine), en passant par la frontière turco-syrienne afin de mettre à jour les systèmes qui empêchent les victimes de violences sexuelles dans les conflits armés de témoigner, et de faire condamner leurs agresseurs. En parallèles, quatre pétitions à signer en ligne demandent en plusieurs langues aux pouvoirs publics des mesures précises à faire appliquer pour faire bouger les lignes. Celle concernant l’impunité des soldats français accusés de violences sexuelles a déjà recueilli quelque 250 000 soutiens.

Le 27 mars, tous les signataires marcheront virtuellement en soutien aux victimes du monde entier : « Cette nouvelle forme d’activisme digital prendra une dimension de guérilla urbaine, via des projections sur façades dans des espaces stratégiques », annonce le collectif.

Enfin à la rentrée 2017, un film d’animation documentaire de 70 minutes mettra en valeur la parole des victimes tout en mettant en perspective les enjeux d’une justice internationale sclérosée.

Retrouver les enquêtes de « Zero Impunity » publiées sur Mediapart :

Prochain rendez de « Zero Impunity » sur Mediapart, le 7 février avec une enquête sur la Syrie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.