Mules et cocaïne, la face sombre de la crise guyanaise

La Revue Dessinée fait son retour sur ce blog ! Chaque vendredi, elle vous donne rendez-vous pour éclairer, en puisant dans ses enquêtes et reportages, l'actualité de la semaine écoulée. Cette semaine, c'est l'arrestation d'un homme à Toulouse avec 44 capsules de drogue dans l'abdomen qui a retenu notre attention. Un trafic au départ de la Guyane qui prospère sur la misère sociale.

loo-revue

Maurice Levy © Vincent Sorel Maurice Levy © Vincent Sorel

Nous avons hésité. Pour ce permier billet nous aurions pu tiquer sur l'actualité du groupe Publicis, dont l'inoxydable Maurice Lévy quitte la présidence, après trente ans de bons et loyaux services, tout en continuant à percevoir 2,8 millions d'euros par an. Cela nous aurait donné l'occasion de retracer la manière dont les "gourous de la com'" ont, en quelques dizaines d'années, su conquérir des pans entiers de notre société. C'est ce que raconte la journaliste Aurore Gorius dans le numéro 9 de La Revue Dessinée.

Puis nous avons songé au nouveau scandale soulevé par la très pugnace association de protection animale L214. A cette histoire de poules pondeuses, dont les oeufs finissent dans nos pâtes Lustucru, élevées dans des conditions qui vous donnent la nausée. Les dessous de l'agrobusiness sont au coeur d'une autre de nos enquêtes de ce même numéro (pour vous le procurer, c'est sur notre site). Mais finalement nous avons opté pour la Guyane. 

Remonter le chemin des mules.

Il vient de Cayenne, il a 24 ans et près de deux kilos de drogue dans le ventre. De la cocaïne probablement. L'homme arrêté dans la nuit de lundi à mardi à Toulouse est l'une des vingt à trente "mules" qui embarquent chaque jour sur les vols Cayenne-Paris.


 © Damien Cuvillier © Damien Cuvillier

 "Mules", "bouletteux", "passeurs", ils sont les maillons d'un trafic menant la cocaïne des narco-Etats latino-américains aux consommateurs montpelliérains, toulousains, parisiens,... Mais ils sont aussi l'incarnation d'une situation sociale délétère qui, lorsque la contestation explose, fait trop brièvement la Une de nos journaux.

C'est pour cette raison que La Revue Dessinée a décidé de s'y pencher. Pour notre numéro 17 qui paraîtra à la rentrée, un binôme de journaliste et dessinateur -Hélène Ferrarini et Damien Cuvillier - a remonté le chemin des mules. Afin d'éclairer l'actualité voici, en exclusivité, des extraits de leur bande dessinée. 

 © Damien Cuvillier © Damien Cuvillier

L'histoire commence de manière un peu mystique, par un rite d'invisibilité sur les rives du fleuve Maroni. Dans ces confins du territoire français, la jeunesse est désoeuvrée, les scolarités écourtées. Quand le chômage touche 60 % des moins de 25 ans, la cocaïne est synonyme d'argent facile. 

Dessin péparatoire © Damien Cuviller - Hélène Ferrarini Dessin péparatoire © Damien Cuviller - Hélène Ferrarini

Pour les trafiquants, le recrutement est donc un jeu d'enfant. La suite n'est guère plus compliquée. A l'aéroport, les services douaniers sont dépassés, les tribunaux guyanais saturés et les prisons remplies jusqu'au double de leur capacité.

Alors, ils sont des centaines à tenter le coup... et à risquer leur vie pour quelques milliers d'euros. 

dessin préparatoire © Damien Cuviller - Hélène Ferrarini dessin préparatoire © Damien Cuviller - Hélène Ferrarini

La suite vous sera racontée en 30 pages de bande dessinée dans notre numéro de septembre. Pour le recevoir avant sa sortie en librairie et soutenir le travail de la rédaction, abonnez-vous !

Avant de vous quitter, nous vous invitons à vous pencher sur la délicate situation de Nicolas Hulot. Notre tout frais ministre de la Transition écologie et solidaire va devoir étudier l'éventuelle abrogation d'un projet minier breton autorisé par… Emmanuel Macron. Parce que oui, en Bretagne et au delà, la France retrourne à la mine. C'est ce que vous expliquaient, loin de Cayenne et de ses trafics, les mêmes Hélène Ferrarini et Damien Cuvillier au printemps dernier. Si le sujet vous intéresse, nous vous l'offrons en accès libre pour l'occasion. C'est ici !

Indépendante, sans publicité - comme nos amis de Médiapart - La Revue Dessinée vit grâce à ses lecteurs. Lisez-nous, abonnez-vous, parlez-en autour de vous : vous êtes nos meilleurs ambassadeurs ! 

Pour en savoir plus sur notre média, notre site est là. Et si vous avez moins de 20 ans, rendez-vous sur le site de Topo, le petit frère de La Revue Dessinée. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.