L'actu dessinée : La Poste en traitement de choc

Cette semaine, penchons nous sur le sort de nos facteurs. À mesure que les volumes de courrier dégringolent, les missions de La Poste se diversifient et les employés trinquent. Le projet de contrat d'entreprise qui vient d'être dévoilé n'augure aucun renversement de vapeur. On en profite aussi pour faire un petit clin d'oeil à France Inter et ses "avant-premières".

« En avant première sur France Inter, cette information qui fait froid dans le dos. » Ce vendredi, la première matinale de France découvrait « les mules », ces hommes et femmes qui embarquent sur chaque vol Cayenne-Paris l'abdomen bourré de capsules de cocaïne. Chaque jour, ils sont une dizaine de Guyanais à risquer ainsi leur vie pour acheminer de la drogue du Suriname voisin aux consommateurs européens. 

 © Damien Cuvillier © Damien Cuvillier

En septembre « cette stupéfiante information dévoilée en avant première », faisait pourtant déjà l'objet d'une remarquable enquête menée par la journaliste Hélène Ferrarini et le dessinateur Damien Cuvillier et publiée dans le numéro d'automne de la La Revue Dessinée. Mais comme on ne peut que se réjouir de voir le sort de ces maillons fragiles du trafic international de cocaïne dans la lumière, nous profitons de ce zoom de nos confrères d'Inter ( à qui l'on suggère, en toute amitié, de lire plus souvent La Revue Dessinée ) pour vous offrir ce reportage en intégralité : 

https://issuu.com/revuedessinee/docs/passeurs_de_cokere__duit

Mais, cette semaine, nous tenons surtout à vous parler des postiers. Le journal Le Monde vient de dévoiler certains axes du projet de contrat d'entreprise dans lequel l'Etat invite La Poste à faire « plus avec moins ». On y apprend notamment que « La Poste aura recours au redoutable « Net Promoter Score », un outil de mesure de la satisfaction client prisé par les grandes entreprises du CAC 40 ». Arrêtons nous sur cette mutation de choc.

 © Sébastien Vassant © Sébastien Vassant

L’e-mail a-t-il tué la bonne vieille lettre ?  C'est ce que suggère le recul de 18 % du volume de courrier ces quatre dernières années. Fragilisée, La Poste s’est transformée en machine de guerre commerciale dont les méthodes n’ont plus rien à envier à ses concurrents privés. Depuis juin dernier une nouvelle mission incombe aux postiers à travers la mise en place du service à la personne "veiller sur mes parents". À partir de ce dimanche 19 novembre, les employés de sa filiale Chronopost livreront aussi des colis le dimanche. Missions mal définies, mauvaise répartition du travail, hiérarchie surdéveloppée . . . En 2014 déjà, l'enquête d’Elsa Fayner et de Sébastien Vassant levait le voile. 

« Conquérir l’avenir »

Pour trouver la parade et adapter La Poste à un monde sans courrier, cette année-là son PDG, Philippe Wahl, présentait sa feuille de route à l’horizon 2020 baptisée « Conquérir l’avenir ». « Construire un avenir pour chaque postier », tel était le but affiché par la nouvelle direction. Reste que ce plan stratégique, en disait davantage sur les raisons du changement que sur les méthodes employées pour le conduire.

 © Sébastien Vassant © Sébastien Vassant

Certains chiffres parlent d’eux-mêmes : entre 2002 et 2014  La Poste a perdu 24 % de ses effectifs, sur un rythme régulier de 10 000 emplois par an. La baisse a touché tous les métiers, des facteurs aux cadres administratifs. Sans plan social. Et le malaise des salariés a contaminé l’ensemble du groupe. Les syndicats dénoncent à l’unisson un management délétère et de dramatiques pertes de repères.

 © Sébastien Vassant © Sébastien Vassant
Plusieurs rapports ont alerté le président de La Poste sur les dangers de ces nouvelles organisations du travail devenues pathogènes… L’état des lieux que dressait alors notre journaliste est consternant : un mal-être au travail à tous les niveaux opérationnels de l’entreprise, un taux d’absentéisme qui atteint des seuils sans précédent, ...
 © Sébastien Vassant © Sébastien Vassant

Juste avant sa nomination, Philippe Wahl admettait que les « mutations de l’entreprise seraient encore plus difficiles dans les années à venir ». Le slogan l’avait bien dit : « Ce que l’avenir vous promet, La Poste vous l’apporte. »

 © Sébastien Vassant © Sébastien Vassant

Ce sujet est à retrouver en intégralité dans le numéro 4 de La Revue Dessinée. Pour dévorer, chaque trimestre, toutes nos enquêtes et reportage en bande dessiné, abonnez-vous ! Si vous souhaitez recevoir le prochain numéro chez ,vous ne tardez pas. Vous avez jusqu'à ce dimanche 19 novembre pour vous abonner, dernier carat. 

Indépendante, sans publicité - comme nos amis de Médiapart - La Revue Dessinée vit grâce à ses lecteurs. Lisez-nous, parlez-en autour de vous : vous êtes nos meilleurs ambassadeurs ! 

Pour en savoir plus sur notre média, notre site est là. Et si vous avez moins de 20 ans, rendez-vous sur le site de Topo, le petit frère de La Revue Dessinée. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.