La revue dessinée
Magazine de reportages en bande dessinée
Abonné·e de Mediapart

81 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 sept. 2018

La revue dessinée
Magazine de reportages en bande dessinée
Abonné·e de Mediapart

L’actu dessinée: un système de santé en soins intensifs?

Reconnaissant le « risque d’implosion » qui pèse sur l’hôpital et plus généralement « le mal-être » du secteur, Emmanuel Macron a annoncé, mardi 18 septembre, une vaste réforme du système de santé. Mais déjà, des voix s’élèvent pour critiquer l’écart entre les annonces et les moyens mis à disposition. Diagnostic en bande dessinée.

La revue dessinée
Magazine de reportages en bande dessinée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Urgence saturées, patients délaissés, personnel en souffrance, s'attaquer au malaise qui touche notre système de santé est une tâche immense. Arrêtons-nous sur deux sujets épineux : le fléau des déserts médicaux et la dangereuse course à la rentabilité des hôpitaux.

© Léo Quiévreux - Caroline Coq-Chodorge

En mal de blouses

« Charmante commune recherche médecin sérieux. » Des Côtes-d’Armor à la Haute-Saône, cette variante des petites annonces du Chasseur français fleurit sur Le Bon Coin. Les médecins ont beau être plus nombreux que jamais à l’échelle du pays, chaque département ou presque déplore son lot de déserts médicaux, à tel point qu’un Français sur dix a déjà renoncé à se soigner faute d’un rendez-vous à proximité. En première ligne face à cette disette, les maires rivalisent de hardiesse et d’inventivité pour courtiser celle ou celui qui saura se pencher sur la santé de leurs administrés. Dans le numéro #19 de La Revue Dessinée, la journaliste Judith Chetrit et le dessinateur Pierre Maurel racontent cette quête de l'introuvable médecin de campagne.

© Pierre Maurel et Judith Chetrit

Pour s'en sortir, le gouvernement a annoncé la suppression du numerus clausus, qui limite le nombre d'étudiants visant des professions médicales. Celle-ci pourrait intervenir dès la rentrée 2020 mais la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a reconnu qu'elle « ne réglera pas le problème de la démographie médicale ». 

© Pierre Maurel et Judith Chetrit

À la contrainte, rejetée par de nombreux médecins libéraux, le plan préfère les incitations financières et... le salariat. Ainsi le gouvernement envisage la création de 400 postes de médecins salariés dans des centres hospitaliers de proximité ou des centres de santé. Reste un problème de taille, l'hôpital.

L'hôpital se fout de la charité 

Depuis la généralisation en 2008 de la tarification à l’acte (T2A), comme mode de financement des établissements de santé, les hôpitaux doivent faire du chiffre. Il en va de la maîtrise de leur déficit. Concrètement, cela se traduit par une pratique de la médecine basée sur une grille tarifaire autant que sur les besoins des patients. Certains hôpitaux font même appel à des prestataires externes pour optimiser leur facturation. Le personnel est, quant à lui, confronté à l’injonction de choisir le soin qui rapporte le plus au service. Ce système devenu fou est décryptée par la journaliste Caroline Coq-Chodorge et le dessinateur Léo Quiévreux dans une enquête sensible et fouillée publiée dans le dernier numéro de La Revue Dessinée (#21).

© Léo Quiévreux - Caroline Coq-Chodorge

Le plan présenté par Emmanuel Macron prévoit de remplacer petit à petit ce système par une tarification au forfait. Celle-ci devrait devenir le principal mode de financement des hôpitaux d'ici à 2022. Mais les professionnels de santé ne sont pas sereins pour autant. Après l'annonce, par la ministre de la Santé, d'un futur dispositif de notation des établissements hospitaliers par les patients, certains craignent une nouvelle forme de tyrannie du chiffre...

© Léo Quiévreux - Caroline Coq-Chodorge

Mais la principale critique adressée du plan "Ma santé 2022" porte sur son budget. Celui-ci prévoit 400 millions d'euros supplémentaires pour l'année 2019, une somme jugée dérisoire par certains professionnels de santé comme le rapporte Mediapart dans un article au titre explicit, Réforme du système de santé: des bouleversements, mais peu d’argent.

© Léo Quiévreux - Caroline Coq Chodorge

Indépendante, sans publicité - comme nos amis de Mediapart - La Revue Dessinée vit grâce à ses lecteurs. Lisez-nous, abonnez-vous, parlez-en autour de vous  ! 

 Pour en savoir plus sur notre média, notre site est là. Et si vous avez moins de 20 ans, rendez-vous sur le site de Topo, le petit frère de La Revue Dessinée. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre
Journal
Une loi mussolinienne appliquée en France ? Le cas Vincenzo Vecchi inquiète
En vertu d’une loi italienne de 1930, la Cour de cassation pourrait remettre à l’Italie le militant altermondialiste réfugié en France depuis plus de dix ans, au moment où le post-fascisme accède au pouvoir dans la péninsule. La gauche s’y oppose fermement.
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon