Bure ou le scandale enfoui des déchets nucléaires

Que faire des déchets nucléaires ? Les enfouir. Où ? Là où la population est peu encline à contester. Par exemple, en Meuse. Mais comment convaincre les derniers récalcitrants ? En arrosant les communes de subventions. Et s'ils résistent ? Reste la répression. Cette histoire hallucinante est celle d'un nouveau livre d'enquête en bande dessinée : Cent mille ans.

C’est l’un de ces petits villages qui n’a jamais eu droit à sa carte postale. Une commune paumée, 80 habitants, des champs de céréales, des agriculteurs, un clocher.

Et pourtant… À Bure, 85 000 tonnes de déchets radioactifs doivent être enfouis à 500 mètres sous terre et y dormir pour les cent mille ans à venir. Le projet, baptisé Cigéo pour Centre industriel de stockage géologique, donne le vertige. Avec ses 270 kilomètres de galeries, il serait l'un des plus imposants d'Europe. Le chantier, pensé pour durer 130 ans, ne doit pas démarrer avant 2035.

 © Cécile Guillard © Cécile Guillard

À ce jour, seul un laboratoire de recherches souterrain a été creusé. Mais, à la surface, la zone est d'ores et déjà quadrillée par des escadrons de gendarmes mobiles et, plusieurs fois par jour, ses habitants sont contrôlés.

Selon une enquête de Reporterre et Mediapart, l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra) chargée du projet, a même signé une convention avec la Direction générale de la gendarmerie nationale et dépense une « dizaine de millions d’euros » chaque année pour financer la présence des gendarmes.

capture-d-e-cran-2020-11-25-a-16-39-49
Sur place, les habitants se sentent sous « occupation militaire » et les opposants subissent une incroyable répression. Des poursuites pour  « association de malfaiteurs », des dizaines de garde à vue, des procès à la chaîne, des interdictions de territoire… Depuis 2017, dans ce coin de France dépeuplé, police et justice travaillent main dans la main pour mater la contestation. À tel point que la Ligue des droits de l’homme parle de « harcèlement » des opposants.

capture-d-e-cran-2020-11-25-a-16-28-11
Et pour cause... À Bure, les outils de l’antiterrorisme sont appliqués aux militants écologistes. Un dispositif de surveillance de masse est déployé : 29 personnes et lieux ont été placés sous écoute, 85 000 conversations et messages ont été interceptés, soit seize ans de temps cumulé de surveillance téléphonique selon les enquêtes de Mediapart.
capture-d-e-cran-2020-11-25-a-16-30-40

 Dans le même temps, pour convaincre du bien fondé de son projet, l'Andra dépense près d'un million d'euros par an en communication. À destination des plus jeunes...

capture-d-e-cran-2020-11-25-a-17-16-50
...Mais pas seulement. Les médias sont eux aussi visés. Ainsi, l'Andra a récemment financé un podcast intitulé 100 000 ans, produit et diffusé par Binge audio le jour même de la publication de la bande dessinée du même nom. Coïncidence ou contrefeu ? S'interroge le site Reporterre.

Avant de solliciter Binge, l'Andra avait embauché des influenceurs et payé le magazine Usbek et Rica pour créer un site en ligne les Arpenteurs qui parlait, en autres, de « la gestion des déchets radioactifs »...

capture-d-e-cran-2020-11-26-a-12-04-28

L'Andra organise également des prix pour les photojournalistes, les photographesles cinéastes et les artistes. En 2019, elle publiait avec des élèves de l'école Estienne une BD numérique qui faisait complètement abstraction des sujets qui fâchent.

Dans la bande dessinée Cent mille ans deux journalistes engagés, Pierre Bonneau et Gaspard d’Allens, adoptent une approche plus critique. Ils racontent la manière dont ce projet digne d’un récit de science-fiction est imposé de gré ou de force à un territoire moribond. Ils ont passé plus de deux ans sur place « pour mieux comprendre et vivre ce qui s’y trame ». Tous deux s’opposent au projet Cigéo et assument un point de vue subjectif. 

capture-d-e-cran-2020-11-26-a-12-06-28

Mais à la différence des élèves de l’école Estienne et de l'équipe de Binge, l’accès au laboratoire souterrain leur a été refusé  au motif que leur angle n'« intéressait pas » l’Andra. Autrement dit, cet établissement public a préféré soustraire son projet le plus conséquent aux regards critiques. Qu’importe, puisque c'est l’histoire qui se joue à la surface que les journalistes ont choisi de raconter.

capture-d-e-cran-2020-11-25-a-16-24-27
Clientélisme, lobbying et méthodes autoritaires... Voilà ce que révèle cette enquête mise en scène par la dessinatrice Cécile Guillard.

Cent mille ans, Bure ou le scandale enfoui des déchets nucléaires est actuellement disponible en librairie.

 

cent-mille-ans-couverturerepre-def

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.