La rotative
Pour en savoir plus sur La Rotative : www.larotative.org
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 déc. 2012

« J'étais parti acheter le pain , Monsieur le juge... »

A la 14ème chambre du Tribunal correctionnel de Paris ce matin la salle est remplie, tous les bancs sont occupés : soutiens d'une affaire douloureuse ; journalistes d'une affaire médiatique ? Non, c'est une classe d'étudiants venue découvrir les correctionnelles.

La rotative
Pour en savoir plus sur La Rotative : www.larotative.org
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A la 14ème chambre du Tribunal correctionnel de Paris ce matin la salle est remplie, tous les bancs sont occupés : soutiens d'une affaire douloureuse ; journalistes d'une affaire médiatique ? Non, c'est une classe d'étudiants venue découvrir les correctionnelles.

« J'étais parti acheter le pain , Monsieur le juge... »

Rani explique qu'en remontant en voiture il s'est fait bousculer par un bus. Il embraye, le rejoint, descend au feu et toque au carreau du chauffard « pour s'expliquer ». « Je dis au chauffeur qu'il m'a touché. Il me dit que j'avais qu'à pas être là ! Alors je lui dis : descends de là si t'es un homme ! Et il descend, et il me tape... »

Au final celui qui se plaignait d'avoir été bousculé s'est retrouvé étalé par le chauffeur (qui a l'âge de son fils) : Rani a écopé d'une fracture du nez, de 10 jours d'ITT et d'un suivi en orthopédie. Mais il essaie de se justifier car c'est lui l'accusé – le chauffeur, absent à l'audience, lui est partie civile : car un témoignage rapporte que c'est Rani qui a d'abord frappé le conducteur par la fenêtre. Comme une garantie de son état d'esprit pacifique il rappelle : « J'étais parti acheter le pain , Monsieur le juge... »

Le président interroge Rani : « Donc le témoin ment ? – Nan, j'ai pas donné de coup de poing. – Donc le témoin ment ! – J'ai juste fait le geste " descends si t'es un homme ! " – Répondez à ma question : donc le témoin ment ?! – J'ai pas dit qu'il ment, mais y'a pas eu de coup de poing. » A peine un silence, et le juge enchaîne : « Des questions ? M. le procureur ? – aucune, c'est assez clair. »

« Je pense que ce dossier ne présente aucunes difficultés. »

La jeune avocate de la partie civile déploie à une vitesse étonnante sa longue plaidoirie. Aucune raison d'hésiter : « Je pense que ce dossier ne présente aucunes difficultés. » Essoufflée, elle termine enfin : « Au-delà des coups et griffures, mon client a été profondément blessé. A chaque fois qu'on lui toquera au carreau il aura peur qu'on le frappe... » On respire pour elle.

Pour le Parquet il y a violences caractérisées sur agent du service public dans l'exercice de ses fonctions. C'est grave. « C'est dommage, dommage de ne pas avoir réglé cet accrochage en constat à l'amiable. Mais avec cette attitude imbécile, Monsieur, vous voilà devant le tribunal ! » Pour le procureur cette « attitude » en dit long. « Monsieur a un emploi, 3 enfants, mais pas l'air très stable... Des soins seraient certainement bienvenus. » Il demande des dommages et intérêts pour le chauffeur et du sursis. Et profitant de son réquisitoire, il s'adresse à Rani en regardant le juge : « Et je le préviens, si j'étais amené à le revoir, ce serait en comparution immédiate ! »

"Moi je me pose beaucoup de questions...!"

Après une partie civile soufflante et un réquisitoire grandiloquent, la voix de l'avocate est plutôt tremblante, mais son argumentaire se développe. Elle, au contraire, se « pose beaucoup de questions ». « Dans ce dossier tout tient à un témoignage. Mon client a un casier vierge, un emploi, une famille. Qui a été blessé ? Mon client a eu 10 jours d'ITT. Monsieur le procureur dit : "si vraiment il avait été attaqué il aurait pu porter plainte". Mais il a porté plainte ! Le chauffeur, au lieu d'utiliser l'alarme silencieuse comme c'est prévu, descend du bus avec un autre passager pour se battre... – un passager qui n'a jamais été entendu. » Elle défend ensuite l'équilibre et la bonne vie de Rani, « attestations à l'appui ». « C'est un malentendu qui a dégénéré... Je demande donc la relaxe. »

A peine une minute passe : « Monsieur, vous êtes condamné à 8 jours d'emprisonnement avec sursis, 500 € de dommages et intérêts à la victime, 21,40 € à la RATP et 80 € de frais de procédure. C'est-à-dire que si vous avez une nouvelle condamnation pénale dans les 5 ans vous irez en prison. Vous avez compris ? »

« ... »

---

Vous pouvez retrouver les articles de la Rotative et ses recherches sur le Jujitsu politique sur son site : larotative.org

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Accusé d’agressions sexuelles, Éric Zemmour instrumentalise #MeToo à des fins racistes
Confronté au faible engouement de l’électorat féminin et aux accusations de violences sexuelles, l’entourage du candidat d’extrême droite tente de mettre en avant des femmes le soutenant. Mais leur discours se borne à instrumentaliser le mouvement féministe à des fins racistes.
par Sarah Benichou et Juliette Rousseau
Journal — Extrême droite
Serge Klarsfeld : « Il parle des musulmans comme on parlait des juifs »
L’historien et avocat, président de l’association Fils et filles des déportés juifs de France, dénonce la réhabilitation par le candidat d’extrême droite du régime de Vichy.
par Mathieu Magnaudeix et Berenice Gabriel
Journal — Services publics
« Tout meurt à petit feu ici » : à Saint-Cyprien village, La Poste est fermée depuis un an
Le bureau de poste de cette localité des Pyrénées-Orientales a baissé le rideau en février 2021. Les habitant·es de la commune côtière doivent désormais se rendre au guichet situé à la plage, à plus de 3 km de là. Or, pour les plus âgés, la disparition de ce service au cœur du village est un abandon de plus.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes