En soutien au journal «Fakir»

Nous, sociétés de journalistes et sociétés de rédacteurs, exprimons notre solidarité avec le journal Fakir, qui a fait l’objet d’un espionnage méthodique à la demande du groupe LVMH. Des intérêts privés ne sauraient remettre en cause la liberté et l’indépendance de la presse.

Nous, sociétés de journalistes et sociétés de rédacteurs, exprimons notre solidarité avec le journal Fakir, qui a fait l’objet, au moins entre 2015 et 2016, d’un espionnage méthodique à la demande du groupe LVMH, via un cabinet privé d’intelligence économique.

À l’époque des faits, le fondateur et rédacteur en chef du trimestriel, François Ruffin, n’était pas encore député La France insoumise (LFI). Journaliste et documentariste, il tournait le film Merci Patron !, qui suit un couple au chômage depuis la délocalisation en Pologne de leur entreprise sous-traitante du leader mondial du luxe.

L’opération de surveillance dont François Ruffin et plusieurs membres de Fakir ont été victimes constitue une tentative particulièrement inquiétante d’atteinte au travail des journalistes et au secret de leurs sources, pierre angulaire du droit à l’information des citoyens. Des intérêts privés ne sauraient remettre en cause la liberté et l’indépendance de la presse.

Cette tribune est signée par les sociétés des journalistes, sociétés des rédacteurs et du personnel de : AFP, Arte, BFM-TV, Courrier international, Les Échos, Europe 1, L’Express, Le Figaro, France 2, France 3 National, France 24, France Culture, franceinfo.fr, France-Soir, L’Humanité, JDD, Les Jours, LCI, Libération, M6, Mediapart, Le Monde, L’Obs, Le Parisien-Aujourd’hui en France, Paris Match, Premières Lignes, Public Sénat, RFI, Sud Ouest, Télérama, TF1, La Tribune, TV5Monde, 20Minutes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.