La SDJ De Mediapart

Le blog de la Société des Journalistes de Mediapart

Sa biographie

La Société des Journalistes de Mediapart est l'expression de la rédaction du journal. Les membres actuelles du bureau sont Antton Rouget, Sabrina Kassa et Nejma Brahim

Lire ses articles dans le journal
Son blog
107 abonnés Le blog de La SDJ De Mediapart
Voir tous
  • Lettre ouverte à Laurence Bloch, directrice de France Inter

    Par
    Dans une interview diffusée ce mercredi sur France Inter, l’éditorialiste Franz-Olivier Giesbert a multiplié les attaques mensongères contre Mediapart et son directeur. La SDJ de Mediapart s’indigne que tant de contre-vérités aient pu être proférées sans que leur soit opposée une réplique factuelle.
  • Non à la loi liberticide «sécurité globale»

    Par
    Dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, des organisations syndicales et de journalistes, dont la SDJ de Mediapart, demandent le retrait des articles 21, 22 et 24 de la loi Sécurité Globale au nom du respect des libertés fondamentales.
  • «Monsieur le premier ministre, il y a urgence à sortir de cette spirale délétère pour la démocratie»

    Par
    Une quarantaine de sociétés de journalistes et de rédacteurs de la presse nationale, régionale, de l’audiovisuel et du Web demandent le retrait des articles 21, 22 et 24 de la loi sur la Sécurité globale. Elles expliquent dans cette lettre au premier ministre pourquoi elles ont refusé son invitation à le rencontrer à Matignon jeudi 26 novembre.
  • La liberté d’informer attaquée lors du rassemblement pour le droit à l’information

    Par
    Les organisations signataires de l’appel au rassemblement contre la proposition de loi (PPL) Sécurité globale se félicitent du succès de la mobilisation à Paris et dans toute la France. Elles dénoncent avec fermeté les violences et menaces à l’encontre de journalistes, commises par des forces de l’ordre à la fin de ce rassemblement pacifique et appellent à une nouvelle manifestation ce samedi 21 novembre à 14 h 30.
  • L’article 24 de la future loi «sécurité globale» menace la liberté d’informer

    Par
    Ce sont les vidéos exposant les violences commises par les forces de l’ordre, qu’elles aient été tournées par des journalistes titulaires ou non d’une carte de presse, par des citoyens ou des militants, qui ont permis d’inscrire ce sujet dans le débat démocratique. L’article 24 de la proposition de loi « pour une sécurité globale », en visant à limiter la diffusion d’images de la police, attente à la liberté d’informer. Une trentaine sociétés de journalistes et de rédacteurs demande son retrait du projet de loi.