Le PSG doit laisser les journalistes de L'Equipe travailler normalement

Plus de vingt sociétés de journalistes de la presse nationale enjoignent le club de football parisien à ne plus interdire de conférence de presse le quotidien sportif, au seul prétexte que le PSG n'apprécie pas la teneur de ses articles.

A plusieurs reprises récemment, comme à Belgrade la semaine dernière, à Saint-Germain-en-Laye, ce lundi ou ce vendredi, nos confrères de L'Equipe ont assuré qu'ils se sont vu refuser l'accès à des conférences de presse du PSG.

D'après le journal, cela fait suite à un article intitulé Fair-play financier : le PSG contraint de perdre Kylian Mbappé ou Neymar en cas de sanctions ?. L'Equipe estimait, citant des sources internes, que face aux risques de sanctions lourdes auxquelles le club s'exposait, ''la direction parisienne pourrait se résigner à l'idée de se séparer, l'été prochain, de l'un de ses deux joueurs vedettes''.

Cet article avait fait vivement réagir le club parisien qui avait démenti ''avec la plus grande fermeté ces allégations totalement erronées ridicules et uniquement de nature à recréer un climat de grandes tensions entre le Club et le média'', accusant L'Equipe de ''désinformation''.

La liberté des journalistes de couvrir des conférences de presse sportives, économiques ou politiques, n'est pas négociable.

Nous demandons au PSG de rétablir au plus vite l'accès à ses conférences de presse à nos confrères de L'Equipe pour qu'ils puissent à nouveau travailler normalement.

--------------------

Premiers signataires : les SDJ de l'AFP, de Premières Lignes, des Echos, de franceinfo.fr, de Mediapart, du Figaro, de TV5 Monde, de BFM TV, de France Inter, de Libération, du JDD, de Paris Match, du Parisien-Aujourd'hui en France, de M6, d'Europe 1, de RTL, de franceinfoTV, du Point, du Monde, de France 2, de France 3 national.

--------------------

Lire aussi sur le sujet notre dernier article: Le cauchemar financier du PSG

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.