La SDJ De Mediapart
Le blog de la Société des Journalistes de Mediapart
Journaliste à Mediapart

59 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 févr. 2017

Mises au point de Mediapart à ses détracteurs

Cette fois, c’en est trop. Depuis sa création, Mediapart est l’objet de critiques diverses et variées. Mais ces dernières semaines, les insultes et les inventions sont allées beaucoup trop loin. Pour la première fois, les journalistes de la rédaction ont donc décidé de faire une réponse claire, nette et commune à ces détracteurs pour qui la réalité des faits constitue visiblement un détail.

La SDJ De Mediapart
Le blog de la Société des Journalistes de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Cette fois, c’en est trop. Depuis sa création, Mediapart est l’objet de critiques diverses et variées. Nous les acceptons bien volontiers quand il s’agit de débats de fond, et prenons soin de les ignorer quand il s’agit de rumeurs, de diffamations, de mensonges. Chacun est libre de penser ce qu’il veut de notre travail. Mais encore faudrait-il que ces opinions soient fondées sur une connaissance de celui-ci.

Ces dernières semaines, les insultes et les inventions, émises dans le seul but de nous discréditer, sont allées beaucoup trop loin. Pour la première fois, les journalistes de Mediapart ont donc décidé de faire une réponse claire, nette et commune à ces détracteurs pour qui la réalité des faits constitue visiblement un détail.

  • Mediapart est « l’idiot utile de l’islamisme politique », un « site fréro-salafiste », et Edwy Plenel est « proche » de Tariq Ramadan

Mediapart est un journal d’information générale qui publie parfois des entretiens sur l’islam, comme dans cette série de vidéos parues en 2016 sur les différents contours contemporains de l’islam. Ou encore dans cette série d’entretiens avec dix musulmans de La Courneuve en 2010.

En août 2013, Edwy Plenel a écrit l’article « Pour les musulmans », s’alarmant des conséquences de la fin des printemps arabes et de leurs espoirs démocratiques. Un an plus tard, sous le même intitulé, il a développé son propos dans un essai paru aux éditions La Découverte, plaidoyer contre toutes les discriminations, sans en oublier aucune, et contre les haines, d’où qu’elles viennent.

À la suite de cette parution, Edwy Plenel a été invité à participer à une conférence publique sur la situation des jeunes musulmans de France, organisée par l’association Action pour un monde sans frontières (APMSF), le 17 janvier 2015, à Brétigny-sur-Orge. Le théologien musulman Tariq Ramadan participait également à cette rencontre-débat. C’est la seule fois où le directeur de Mediapart s’est retrouvé à la même tribune que M. Ramadan.

En avril 2016, nous avons consacré à ce dernier une longue enquête critique, à l’occasion de laquelle nous l’avons bien évidemment interrogé.

  • Mediapart a « couvé », « promu » et « soutenu » Mehdi Meklat

Mehdi Meklat, ancien chroniqueur du Bondy Blog, auteur d’un grand nombre de tweets antisémites, homophobes et misogynes sous son alias « Marcelin Deschamps », n’a jamais travaillé à Mediapart. Il n’y a jamais publié de chroniques, ni tenu de blog.

Il fut une seule fois l’invité de l’un de nos live, en octobre 2015, consacré aux dix ans de la révolte dans les quartiers populaires et organisé en partenariat avec Le Bondy Blog, né lors de ces émeutes. Il y a pris la parole lors d’une séquence d’une dizaine de minutes.

Son dernier livre, Minute (Éd. Seuil), coécrit avec son ami Badrou, a été recensé de façon critique en même temps que d’autres ouvrages traitant des élections présidentielles dans un article daté du 23 février 2017.

  • Mediapart n’est pas un média, mais « une organisation politique » et une « officine »

Mediapart est un quotidien en ligne, lu par plus de 135 000 abonnés. Son équipe de 74 salariés se consacre tous les jours à la production d’informations et d’enquêtes. Sans publicité et sans aide publique à la presse, nous ne vivons que de nos abonnements. C’est peut-être ce qu’il manque à nos détracteurs les plus virulents : s’abonner à Mediapart pour nous critiquer en connaissance de cause et non pour l’idée qu’ils se font de qui nous sommes.

  • Ève Plenel, fille du directeur de Mediapart, « gagne 3 000 euros par mois pour un emploi à mi-temps à la mairie de Paris alors qu’elle vit à Berlin ».

Ève Plenel a été choisie en avril 2016 par la mairie de Paris pour coordonner la stratégie de « Paris sans sida » à l’horizon 2030. Elle a, dans la foulée, démissionné de ses fonctions de directrice générale d’Arcat et du Kiosque Infos Sida, deux structures du groupe SOS, pour ne se consacrer qu’à cette mission.

Elle est payée mensuellement 1 682 euros net pour un temps partiel qu’elle effectue à Paris, ayant un bureau à la mairie. Ses déplacements depuis Berlin, où travaille son compagnon et où sont scolarisés ses enfants, sont totalement à sa charge. Face aux calomnies dont elle est victime, en raison de son patronyme, l’ensemble des acteurs de la lutte contre le sida lui ont exprimé publiquement leur soutien dans cette tribune.

  • « Mediapart a fraudé le fisc » et « le gouvernement a sauvé Mediapart en effaçant sa dette fiscale »

Mediapart a toujours appliqué sur le prix de ses abonnements le taux de TVA de 2,1 % dévolu à la presse et conforme aux engagements des pouvoirs publics et des syndicats professionnels. Nous suivons ainsi le principe de neutralité des supports, papier ou numérique, instauré en 2009 par le décret établissant le statut de la presse en ligne.

L’administration fiscale, qui conteste ce que nous considérons comme une question de principe, nous a imposé rétroactivement une TVA à 19,6 % pour la période allant de la création de notre site, en 2008, jusqu’au 31 janvier 2014 (après cette date, il n’y a plus de débat : une loi votée entre temps établit que la presse en ligne doit bénéficier du taux de TVA à 2,1 % à partir de février 2014).

La somme réclamée par le fisc se compose de 3 348 233 euros de différentiel de taux de TVA, plus 1 349 462 euros d’intérêts, ainsi que de pénalités pour mauvaise foi. Mediapart a payé l’intégralité du différentiel de TVA demandé et provisionné dans ses comptes le montant des intérêts et des pénalités, en attendant les suites judiciaires.

Nous contestons la décision de l’administration devant le tribunal administratif de Paris (la requête est ici). La Cour de justice de l’Union européenne devra également se prononcer dans les prochains mois sur cette question.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Fin de la redevance télé, un débat trop longtemps escamoté
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger