La SDJ De Mediapart
Le blog de la Société des Journalistes de Mediapart
Journaliste à Mediapart

59 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 nov. 2019

Conseil de déontologie: pourquoi nous n’y participerons pas

Les rédactions de l’AFP, Challenges, Europe 1, L’Express, Le Figaro, Franceinfo TV, France 3 National, France Bleu, France Info, France Inter,  LCI,  Mediapart, L’Obs, Le Parisien, Le Point, TF1, La Tribune, TV5 Monde et 20 Minutes refusent de participer au Conseil de déontologie journalistique et de médiation qui doit se créer lundi 2 décembre. Elles s’en expliquent dans ce texte commun.

La SDJ De Mediapart
Le blog de la Société des Journalistes de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Des représentants de la presse française, journalistes et citoyens vont fonder, lundi 2 décembre, le « conseil de déontologie journalistique et de médiation » (CDJM). Nous, sociétés des journalistes (SDJ) et sociétés des rédacteurs (SDR) de l’AFP, Challenges, Europe 1, L’Express, Le Figaro, Franceinfo TV, France 3 National, France Bleu, France Info, France Inter,  LCI,  Mediapart, L’ObsLe Parisien, Le Point, TF1, La Tribune, TV5 Monde et 20 Minutes estimons que la création de cette instance suppose des préalables qui ne sont pas remplis. C’est pourquoi nous n’y participerons pas.

La liberté de critiquer les médias est essentielle en démocratie. Il appartient aux citoyens de saisir les instances existantes, notamment la justice, quand il estiment qu’il y a faute ou dérapage.

La manière dont se crée aujourd’hui ce CDJM ne nous inspire pas confiance. Et ce, pour plusieurs raisons :

Il s’agit d’une initiative du gouvernement, qui depuis plusieurs mois sollicite les SDJ et SDR dans le cadre d’une mission confiée par le ministère de la Culture à Emmanuel Hoog, ancien PDG de l’Ina (Institut national de l'audiovisuel) et de l’AFP. À plusieurs reprises, la dernière fois le 17 juillet face au Premier ministre Édouard Philippe, nous avons exprimé notre désaccord avec ce projet. Ce qui ne l’a pas empêché de voir le jour.

Nous ne refusons pas la critique. D’ailleurs, chacun de nos médias tente autant que possible de rendre compte à ses lecteurs de ce qu’il publie et de la façon dont il travaille. Le participatif, les médiateurs, les rencontres avec le public sont autant d’espaces dans lesquels la critique est parfois vive, toujours indispensable. Notre travail est par ailleurs encadré par des chartes de déontologie, pour la plupart d’entre nous. Nous rendons compte également devant la justice. Quiconque s’estimant diffamé peut la saisir.

Si on défend le pluralisme de la presse, il faut aussi défendre la diversité des approches. Nous ne sommes pas identiques et c’est très bien ainsi. Le pire service à rendre aux médias aujourd’hui serait de les contraindre à se plier à une norme artificielle de déontologie. Ce sont les lecteurs qui jugent les journalistes, pas les journalistes qui se jugent entre eux.

À ces réticences, s’ajoute un contexte très français. La création de ce CDJM intervient en effet alors que des signaux alarmants sont donnés. Aux déclarations virulentes de plusieurs responsables politiques à l’encontre de la presse, s’ajoutent deux lois adoptées depuis l’élection d’Emmanuel Macron, marquant un contournement de la loi de 1881 qui garantit déjà la libre pratique de notre métier et la libre information des citoyens.

C’est le cas de la loi sur les fausses nouvelles en période électorale qui autorise une procédure d’urgence dans laquelle un magistrat aura la possibilité de déclarer fausse une information, hors de toute procédure d’offre de preuves, de respect du contradictoire, de souci de la bonne foi – selon les critères précisément de la loi de 1881.

C’est aussi le cas de la loi sur le secret des affaires qui donne à des tribunaux de commerce la possibilité d’être saisis pour défendre l’opacité du monde économique et financier, hors là encore de toute référence à la loi de 1881.

Dans les deux cas, la demande unanime des organisations professionnelles à ce qu’il soit dit, explicitement, dans ces textes, que leurs dispositions ne visaient pas l’exercice normal de la profession de journaliste, lequel relève des procédures ordinaires dans le respect toujours de la loi de 1881, a été refusée par le gouvernement et sa majorité.

Pour toutes ces raisons, nous refusons de tomber dans ce que nous considérons à ce stade comme un piège.

Texte signé par les sociétés des journalistes et sociétés des rédacteurs de : l’AFP, Challenges, Europe 1, L’Express, Le Figaro, Franceinfo TV, France 3 National, France Bleu, France Info, France Inter,  LCI, Mediapart, L’Obs, Le ParisienLe Point, TF1, La Tribune, TV5 Monde et 20 Minutes. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz