La Sellette
Chronique de la violence judicaire
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 janv. 2022

« Rien n’a été volé »

Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.

La Sellette
Chronique de la violence judicaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Toulouse, chambre des comparutions immédiates, janvier 2022

Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end.

Il est frêle, a quelques mèches blondes et la voix claire.

Il comparaît pour un vol à la roulotte, c’est à dire un vol commis dans un véhicule, aggravé par la récidive et la dégradation du bien. Néanmoins, la présidente note immédiatement qu’il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.

Elle résume néanmoins les faits :

— Dans l’après-midi, la police municipale a été avisée par l’opérateur chargée de la vidéosurveillance qu’un vol était en train d’avoir lieu. Il signale que trois individus sont autour d’une BMW, et que l’un d’entre eux, le prévenu, a brisé la vitre arrière droite avec son coude. Il est rentré dans le véhicule, ressorti, puis a rejoint les deux autres, qui étaient déjà partis en courant. Les trois sont ensuite identifiés place Belfort. Les policiers municipaux se rendent sur place et arrêtent celui qui est rentré dans la voiture.

Chantal C. est l’utilisatrice de la voiture, qui lui est prêtée par son employeur. La police a recueilli son témoignage : « Rien n’a été volé, si ce n’est peut-être un badge de télépéage. » Elle devait vérifier mais elle n’a jamais rappelé le commissariat. Elle n’a pas souhaité porter plainte.

— En garde à vue, Abderrahmane B. a reconnu les faits : il avait faim et cherchait quelque chose qui allait lui permettre de se nourrir. Il dit n’avoir rien volé. Quand on lui parle du badge, il répond : « Que voulez-vous que je fasse de ça ? »

Le prévenu maintient ses déclarations :

— Je reconnais que j’ai cassé cette vitre, je n’étais pas dans mon état normal. Ça fait à peine un mois que j’étais sorti de détention. J’ai réalisé que je risquais gros, j’ai tout de suite regretté. Je prends des cachets, ça n’aide pas à être raisonnable.

Ça n’apparaît pas encore sur son casier judiciaire, mais en septembre 2021 il a été condamné à quatre mois de prison pour un autre vol à la roulotte. Pendant sa détention, on lui a notifié une obligation de quitter le territoire. Dans l’attente de son départ, il n’a pas été placé au centre de rétention mais assigné à résidence.

— Vous deviez pointer au commissariat.

— Et je n’ai jamais raté !

La présidente reprend maintenant les quelques éléments de l’enquête sociale rapide :

— Vous avez grandi en Algérie, pays que vous avez quitté en août 2021 parce que vous ne vous entendiez pas avec votre beau-père. Vous avez arrêté l’école en quatrième. Vous avez fait un stage en pâtisserie en Algérie, mais n’avez jamais travaillé.

Avant qu’on passe aux réquisitions du procureur, l’avocate de la défense a une question :

— Vous avez des traces de scarification sur le torse et le ventre. D’où viennent-elles ?

— C’est en Algérie que j’ai eu ça.

Elle insiste pour avoir des précisions. Le prévenu parle longuement avec l’interprète, qui finit par se tourner vers l’avocate :

— Votre client ne répond pas à la question.

Elle explique donc à sa place :

— Quand on se scarifie, c’est qu’on a de grandes souffrances psychologiques.

Abderrahmane B. finit par expliquer sobrement :

— C’est à cause de problèmes familiaux.

Dans ses réquisitions, le procureur reconnaît que rien n’a été volé et propose donc de requalifier les faits en tentative de vol. Soudainement libéral, il reconnaît du bout des lèvres :

— Une tentative de vol, quelque part c’est un peu moins qu’un vol.

Il ne voit pas de difficulté pour établir les faits mais s’agace en trouvant que ce prévenu ne fait pas plus d’effort que le précédent :

— Les faits montrent qu’il est lui aussi enlisé dans un parcours de délinquance. Il dit tranquillement qu’il venait de sortir de prison !

Il demande 8 mois, dont 4 fermes assorti d’un mandat de dépôt.

L’avocate n’est pas d’accord pour requalifier les faits en tentative de vol :

— Avant même d’avoir volé quoi que ce soit, il réalise qu’il est en train de commettre une erreur et va partir. La victime confirme que rien n’a été volé parmi ses affaires personnels. Il a dégradé, mais il n’a rien soustrait. Vous pouvez donc retenir la dégradation du véhicule, mais pas la tentative de vol. D’autant plus que ce n’est pas l’intervention de la police qui a mis fin à l’infraction : il a été interpellé plus tard.

Les dommages étant légers, la voiture assurée, elle suggère qu’on pourrait le condamner à ne payer qu’une amende.

— Quand il est arrivé en France, on ne lui a laissé aucune chance : il a commis un vol à la roulotte parce qu’il avait faim et on lui a donné quatre mois fermes sans tenir compte du fait qu’il était un primo-délinquant. C’est un jeune homme de 19 ans, qui a quitté son pays pour des raisons familiales graves. Par pudeur, il ne veut pas parler des scarifications. Mais des stigmates aussi importants montrent à quel point il a vécu des choses difficiles. L’enquête sociale rapide n’a d’ailleurs pas évoqué ce point.

Revenue des délibérations, la présidente annonce que les faits sont requalifiés en dégradation du bien d’autrui et condamne Abderrahmane B. à deux mois avec maintien en détention.

Retrouvez toutes nos chroniques, nos articles thématiques et nos podcasts sur LaSellette.org.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix