La Sellette
Chronique de la violence judicaire
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juin 2022

Chronique d’audience : « Merci pour tout »

Installé dans le rayon bières d’un supermarché pour boire sur place, le prévenu s’est rapidement fait déloger par le service de sécurité. Le procureur demande 4 mois fermes. Pour sa plaidoirie, l’avocate n’a pas trop d’idée – elle finit par faire appel à la clémence du tribunal.

La Sellette
Chronique de la violence judicaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Toulouse, chambre des comparutions immédiates, juin 2022

Installé au rayon alcool d’un supermarché pour boire des bières, Mohammed T. a menacé avec un couteau le vigile qui voulait le déloger. Couteau qu’il a immédiatement rangé quand les renforts sont arrivés.

La présidente résume les faits à toute vitesse – l’interprète peine à la suivre :

— Le service de sécurité vous a facilement appréhendé et remis à une patrouille de CRS qui passait opportunément. En garde à vue, vous avez déclaré que vous étiez saoul, que vous ne vous souveniez de rien. Seulement que le vigile vous a fait mal. Bon, si vous vous souvenez de ça, vous devriez vous souvenir du reste… Vous dites aussi avoir un couteau pour vous faire des sandwichs, pour ouvrir les bouteilles de bière et pour vous défendre au cas où – les explications habituelles, quoi. Vous avez l’air de boire pas mal ?

— Oui.

— Pour ce qui est de la personnalité, vous avez été condamné en 2019 pour vol, violences et dégradations. [En parcourant l’enquête sociale rapide] Vous êtes divorcé depuis deux ans, votre dernier travail était dans une entreprise de construction. Vous avez dit « alcool occasionnel » à l’enquêtrice de personnalité… [Moue amusée.] Et vous lui avez dit aussi que les documents concernant votre séjour n’étaient plus valables.

— Oui, le dossier est bloqué parce qu’il manque un de mes diplômes.

Le vigile n’est pas présent mais se constitue partie civile : stressé à l’idée de se faire agresser de nouveau sur son lieu de travail, il demande 1 000 € de dommages et intérêts.

Dans ses réquisitions, le procureur veut faire de l’esprit :

— Quand on veut boire des bières, il faut d’abord les acheter, c’est une règle élémentaire ! Et je ne suis pas persuadé que votre titre de séjour n’ait pas été renouvelé à cause de votre niveau scolaire… Est-ce que ce ne serait pas plutôt à cause de votre casier judiciaire ? Quant au fameux couteau qui ouvre les bières, un décapsuleur serait plus adapté !

Il demande 4 mois de prison ferme, avec maintien en détention et interdiction de port d’arme.

L’avocate de la défense ne voit pas bien ce qu’elle pourrait ajouter :

— C’est vrai qu’il a sorti un couteau, mais il l’a rangé ensuite. Pour le reste, je m’en remets à votre appréciation des faits. Pour ce qui est des demandes des parties civiles, la victime dit qu’elle est stressée mais, tout de même, c’est son métier d’être agent de sécurité. Je m’en remets là aussi à votre appréciation pour le montant. Et pour la peine, je fais appel à votre clémence.

Fort de cet éclairage, le tribunal se retire délibérer : après y avoir réfléchi une minute trente, les juges condamnent le prévenu à 4 mois de prison avec maintien en détention, ainsi qu’au paiement de 500 € de dommages et intérêts.

Le prévenu est reconduit aux geôles. Avant de franchir la porte, il se retourne et remercie poliment son avocate.

Retrouvez toutes nos chroniques, nos articles thématiques et nos podcasts sur LaSellette.org.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal