L'âge de faire
Journal indépendant
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 janv. 2022

Écriture inclusive : soyons un peu provocateur·rices

L'âge de faire
Journal indépendant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les repas de famille, spécialement ceux des fêtes de fin d’année, sont toujours de bonnes occasions d’aborder les sujets qui fâchent. Pour qui voter lors de la prochaine présidentielle ? Que penser du pass vaccinal ? Et le petit dernier qui est devenu vegan, on en dit quoi ? Généralement, ces sujets débarquent au moment du dessert. Comme si on voulait absolument régler les problèmes durant la dernière heure de l’année, afin d’attaquer la nouvelle du bon pied. Évidemment, chaque fois, l’idée se révèle extrêmement mauvaise, tout ça se termine dans les cris, les coups de poing sur la table et les taches de rouge sur la nappe. Mais l’année suivante, on a oublié cette règle immuable qui veut qu’on ne tombe jamais d’accord avec personne le 31 décembre entre 23 heures et minuit. Alors on recommence.

Justement, je veux profiter de ce dernier édito de l’année pour évoquer… l’écriture inclusive ! Au sein de la rédaction, c’est un sujet sensible, du genre de ceux qui déchirent les familles aux réveillons. Mes collègues Lisa et Nicole (1) sont pour. Clément, c’est quand ça lui chante. Et Fabien est carrément contre. Quand il tombe sur un point médian, il grogne, fronce les sourcils et se tord la bouche comme s’il allait rendre son déjeuner.

Au final, la seule règle qui a été trouvée est la suivante : chaque journaliste l’applique, ou pas, selon son envie et ses convictions (2). Personnellement, je l’applique. J’essaye, en tout cas, notamment après m’être aperçu que je visualisais surtout des hommes (3) en lisant par exemple que « les manifestants étaient nombreux ». Je me souviens aussi de ma fierté complètement déplacée lorsque, écolier, j’avais entendu la maîtresse expliquer que « le masculin l’emporte sur le féminin ». Déjà que la cour de récré, avec son grand terrain de basket au milieu, était à nous, les garçons, voilà que la sainte grammaire nous accordait encore un privilège… Ça me donnait un peu l’impression d’être né du bon côté.

Et puis en novembre 2016, en lisant un formidable mensuel du nom de L'âge de faire (n° 113), j’ai appris que cette règle avait été énoncée par un grammairien du nom de Claude Favre de Vaugelas, qui l’expliqua ainsi, au XVIIe siècle : « Le genre masculin étant le plus noble, il doit prédominer chaque fois que le masculin et le féminin se trouvent ensemble. » Je t’en foutrais, de la noblesse !

Il y a encore quelques raisons qui ont motivé mon choix, mais qu’importe : le résultat est là, j’utilise l’écriture inclusive. Et croyez bien que ce n’est pas toujours de gaieté de cœur, car ce n’est pas toujours simple, et que je ne veux pas faire fuir les « lecteur·rices ». Or, on est d’accord, « lecteur·rices », c’est moche, ça écorche la rétine, et on ne peut pas s’en satisfaire. Mais on ne peut pas non plus se satisfaire de l’invisibilisation de la moitié de l’humanité. « Moi, j’écris des livres entiers avec un point médian toutes les 4 pages. (…) Les gens qui ne connaissent pas les bonnes techniques peuvent en mettre beaucoup », explique la professeuse (4) émérite de littérature Éliane Viennot sur Mediapart. C’est peut-être ça, la solution : apprendre les bonnes techniques. Allez, on inscrit ça à nos résolutions de 2022, et on en reparle dans un an : si ça se trouve, on sera tou·te·s d’accord !

Nicolas Bérard

1- Les lecteurs et lectrices attentives (accord de proximité) auront néanmoins noté l’absence de Nicole Gellot dans ce numéro 169 : c’est que notre collègue est à la retraite depuis 15 jours ! Nicole, si tu nous lis : salut !

2- J’allais écrire que « chacun·e fait comme iel veut », mais ça aurait pu passer pour une provocation auprès de mon collègue masculin.

3- « Hommes » au sens « êtres de sexe masculin », et non pas au sens englobant d’« humains ».

4- Oui, « professeuse ». Éliane Viennot a choisi d’utiliser ce mot qui était employé couramment jusqu’au XIXe siècle. « Ça fait partie de ces mots tout à fait français, tout à fait bien formés, comme “chanteuse”, “danseuse”, qui ont été critiqués, voire condamnés par des messieurs qui pensent que ce genre de professions est fait pour les hommes » (3), explique-t-elle.

Édito extrait du numéro de janvier du mensuel L'âge de faire, dont le dossier est consacré à l'écosystème du livre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber