Sombre folie (1/3)

L'humain est un être profond, habité par sa raison, sa conscience et même sa folie. Elles le guident, le contrôlent. Pourtant, il lui arrive de céder le gouvernail et de se laisser aller sans limites au côté le plus sombre de son âme. Sombre folie est un feuilleton en trois épisodes basés sur une affaire qui fait la Une depuis plusieurs mois et qui déchaîne les passions …

Seule dans l'obscurité de ma chambre, je cogite. Je jette un œil à travers la fenêtre. Dehors il neige, le mercure frôle tranquillement le zéro. Mon regard se fige sur cette vieille dame. Debout, elle attend le bus pétrifié par la froideur de l'air, à son allure je dirais sûrement une fonctionnaire qui entame sa trentième année de service et qui attend sa pension comme un cadeau du ciel. Encore une âme fragile qui remercie le Bon Dieu d'avoir vécu une vie sans histoire. C'est bien la seule chose que je redoute le plus, avoir vécu une vie entière sans qu'un fervent admirateur ne se précipite pour créer ma page Wikipédia avec pour seule obsession l'envie de partager sa passion pour ma personne.

 Il m'arrive de douter de moi, de penser que je ne serai jamais personne. C'est dans ces moments que ma folie me ramène à la raison. L'écoutant me dicter ses instructions, je lui cède le gouvernail. Il ne me reste qu'une seule chose à faire ; m'allonger et tendre l'oreille: "Bon, sache que j'ai attaché ta conscience dans les caves les plus profondes de ton âme. Je l'ai dénudée, bâillonnée et torturée jusqu'à l'épuisement pour qu'elle ne s'avise plus jamais de te chuchoter ses balivernes sur le bien et le mal. Ça nous épargnera des longues nuits d'insomnies submergées par  les regrets ou pire encore, le besoin de repentance. À partir de maintenant, la seule règle qui tienne c'est qu'il n'y en a pas. Et s'il fallait défigurer ta mère pour faire croire à des représailles, il ne te viendrait même pas à l'esprit de sous-traiter la besogne. Tu ne dois te méfier que d'une seule chose : ta raison. Ne l'écoute surtout pas et puis souviens-toi que la dernière fois qu'elle t'a laissée tomber, c'est encore moi qui étais là pour te remettre sur pied. Bon, avant de t'expliquer mon plan, n'oublie pas, ce qui compte ce n'est pas la vérité, mais ce que le monde accepte pour vérité. Chacun de tes mensonges ou subterfuges sera un jour découvert et divulgué. Mais ne t'en soucie pas. Le monde est dans une telle léthargie que George peut siroter des pina colada sur une terrasse à Manhattan sans que personne ne lui demande où sont les fameuses armes irakiennes. Sa recette ? Une fiole en verre contenant un concentré de jus de pommes et deux photos satellites d'une usine à pneu qui sera présentée comme le refuge itech  d'un nouveau genre de missiles. Le tout exposé à une assemblée de bras cassés censés combattre les injustices et le tour est joué. Même Copperfield n'aurait pas fait mieux! Pas besoin de te dire que ça fait longtemps que W. fait partie de mes maîtres à penser. Règle numéro 1: regarde toujours de quel côté souffle le vent et donne-lui le dos. Il faut que le bobard que tu balances colle à l'ambiance générale. Ne t'aventure pas à raconter que le président a été demander de l'argent de poche en Libye pour financer ses petites affaires, les chances de retrouver ton corps carbonisé dans le coffre d'une voiture flirtent avec la certitude. Le comble c'est qu'ils oseraient invoquer ta folie. Comme si j'étais assez stupide pour te conseiller ce genre de lubie. Je te propose qu'on s'attaque à ce beau mec typé oriental, poivre et sel, le Georges Clooney musulman  qui parcourt les plateaux télé et balance ses joutes verbales contre la meute de journalistes qui tentent de l'accrocher sur sa filiation et ses liens avec le Qatar. Avec la vague "balance ton porc", le gratin du Show biz s'en prend plein la tronche en ce moment. De gros poissons sont en train de tomber. C'est l'occasion de harponner ce "Monsieur Morale" et de lui faire porter les plus grosses saloperies qu'un homme peut rêver de faire à une femme. Il a beau avoir l'image du gendre idéal, son discours fait chier la doxa. Je peux t'assurer que personne ne va s'émouvoir de voir tomber un mec qui refuse d'être Charlie. Je te garantis que les hyènes même les plus rassasiés se précipiteront pour pignocher une part du festin. On ne devrait pas trop avoir de mal à convaincre la presse de s'intéresser à notre affaire. Je connais quelqu'un qui lui a déjà consacré 400 pages et qui se ferait un plaisir de nous aider à l'écraser. Ce qu'il faut maintenant, c'est ficeler notre histoire pour qu'elle tienne la route pour les médias.  Donc tu vas écouter attentivement la règle numéro 2 …

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.