L'incroyable violence de Gilets Jaunes contre les journalistes: une dérive fasciste

Dés le 17 novembre, des journalistes ont été agressés par des Gilets Jaunes. Pas les grands éditorialistes de chaînes honnies, mais des précaires, qui tentaient, seulement, de faire leur métier, et se sont retrouvés brutalement confrontés à des bandes haineuses. Il ne s'agit pas de dérapages individuels, d'actes isolés, mais d'attaques en réunion, de tentatives de lynchage.

1) A Besançon, le 17 novembre 2018:

Agression raciste d'un journaliste de Radio BIp par un Gilet jaune samedi 17 novembre à Besançon © France 3 Bourgogne-Franche-Comté

2) A Montpellier, le 18 novembre: "jamais je n'avais ressenti une telle haine", déclare une jeune pigiste agressée par une bande de jaunes en furie:

Une journaliste témoignage (agression des gilet jaune) © RAP cristal

Voir la vidéo dans ce lien:

https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/video-jamais-je-n-avais-ressenti-une-telle-haine-une-journaliste-temoigne-de-son-agression-par-des-gilets-jaunes_3044847.html

Captures d'écran à partir de l'article mis en lien:

celine-durchon
celine-durchon-a

3) A Toulouse et Béziers, le 24 novembre: de véritables scènes de lynchage.

https://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/medias-midi-pyrenees/2018/11/24/gilets-jaunes-lequipe-de-bfm-tv-a-toulouse-echappe-a-une-tentative-de-lynchage.html

https://www.20minutes.fr/societe/2379995-20181125-gilets-jaunes-toulouse-journalistes-news-bfm-tv-portent-plainte-violences

agression-journalistes-toulouse

4) Dans les Yvelines, le 18 décembre: une journaliste de France 3 frappée à la tempe:

europe-1-journaliste-agressee

De pareilles violences, verbales et physiques, exercées souvent en réunion, y compris contre des femmes, répétées, en différents lieux, à différentes dates, sont, à ma connaissance, inédites dans l'histoire récente des manifestations en France.

Elles caractérisent des dérives de type fasciste.

Quant au cri "Journalistes, collabos ! " que poussent le plus souvent les agresseurs, il est évidemment particulièrement indécent.

Comment comparer une journaliste qui fait son métier, en couvrant une manifestation, y compris si l'on est en désaccord avec ce qu'elle raconte, avec des gens qui, durant l'occupation de la France par les nazis, dénonçaient des Juifs et des résistants à la milice, à la police au service de l'occupant, ou directement à la Gestapo ?

Ces cris sont d'autant plus déplacés que la présence, désormais régulière et abondamment documentée,  de négationnistes et d'antisémites avérés ne semble pas gêner outre mesure ces étranges "résistants", qui rappellent ceux qui tondaient les femmes à la Libération davantage que ceux qui combattaient dans les rangs des FTP-MOI.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.