Lorsque Chloé Verlhac, veuve de Tignous, devait se cacher pour signer son livre

Décembre 2015. Presque une année, déjà, depuis que deux islamistes ont assassiné douze personnes dans les locaux de Charlie hebdo. Mais deux semaines seulement après que d'autres islamistes ont assassiné 130 personnes, et en ont blessé des centaines d'autres, à Paris. Chloé Verlhac a prévu de dédicacer un livre, en hommage à Tignous, assassiné en janvier. Pas facile...

Chloé Verlhac n'ira pas à Sancerre - Le Billet de François Morel © France Inter

Quelques images de cette dédicace, qui comme l'annonçait François Morel, s'est finalement déroulée...

Dans une cave...

Chloé Verlhac et Hélène Honoré en dédicace dans une cave de Sancerre © leberry.fr

Chloé Verlhac vient de publier Si tu meurs, je te tue.

chloe-verlhac

Quatrième de couverture:

Le 7 janvier 2015 explose tout en miettes. " Ce soir là, comme à son habitude, il fabrique ses couleurs devant le JT. Et puis, saisi d'une impulsion, il se lève sans un bruit. Je le regarde du coin de l'oeil. Il disparaît comme un chat. Il réapparaît quelques longues minutes plus tard. Il me tend un galet, en me souriant doucement. On adore les galets. On en fait collection... Il me demande de le retourner. Il l'a signé au feutre. Il me dit : " Tu as vu ? Je les ai tous signés. On ne sait jamais, ça pourra valoir très cher dans quelque temps. " C'était quelques jours avant l'attentat. Ainsi commence le récit de Chloé. Epouse Verlhac. Mamma à la tête d'une petite tribu recomposée et pas mal de chats. Par fragments, sensations, éclats de souvenir, Chloé Verlhac reconstitue le puzzle d'une vie fracassée, d'une vie qui n'est plus pareille mais d'une vie qui continue malgré tout, âpre, belle, mordante. Une sacrée vie Tignous. Le récit narre peu à peu les coulisses largement inconnues du grand public de l'attentat et de l'après, et une lente reconstruction des proches.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.