Rêves de jeunesse, un film d'Alain Raoust avec Salomé Richard : Taupe- là !

Après une fête où elle a dansé, avec sa soeur, déguisée en taupe, Salomé prend la route pour se rendre... Dans une déchetterie. Elle y a trouvé un travail de gardienne, pendant le mois d'août. Elle y fera des rencontres étonnantes, avec des personnages fracassés, mais aussi avec un lapin et avec son passé...

Le film, projeté en salles l'été dernier, est disponible en dvd, accompagné d'une brochure de présentation qui propose un entretien avec Alain Raoust.

La séquence inaugurale, où les deux soeurs, déguisées en taupes, éclipsent de la piste de danse quelques jeunes qui paraissaient mortellement s'ennuyer, et ne dansaient que pour se filmer en train de danser, est, selon le réalisateur,  une référence à l'ouvrage de Daniel Bensaid:

bensaid-taupologie

" De Shakespeare à Marx, la taupe est la métaphore de ce qui chemine obstinément, des résistances souterraines et des irruptions soudaines. Creusant avec patience ses galeries dans l'épaisseur obscure de l'histoire, elle surgit parfois au grand jour, dans l'éclat solaire de l'événement. Elle incarne le refus de se résigner à toute idée que l'histoire serait parvenue à son terme."

De taupes, il sera à nouveau question, à plusieurs reprises, dans le film.

Le scénario a aussi été inspiré par les combats des zadistes, et évoque notamment la mort de Rémi Fraisse.

Seule dans sa déchetterie, hors du monde, Salomé voit arriver un personnage haut en couleur, joué par la chanteuse Estelle Meyer.

ESTELLE MEYER - MON AMOUREUX © Estelle Meyer

Puis un ouvrier désespéré, licencié après trente-quatre ans dans la même entreprise, qui ne parvient pas à retrouver du travail, et tente de se suicider...

En se jetant dans une benne !

Surtout, Salomé retrouve l'un de ses anciens amis, et les traces d'une ancienne relation qu'elle ne reverra plus...

Filmé dans un décor qui évoque les lieux désolés de l'Ouest américain, mais bien en France ( les bennes bleue, blanche et rouge...), dans une ambiance de "road movie", mais avec un personnage qui ne bouge guère de sa déchetterie, les autres venant à elle,  placé sous les auspices de Lewis Caroll ( le lapin trouvé au milieu des ordures que Salomé va rapporter chez elle, l'édition ancienne, fatiguée, d'Alice au pays des merveilles qu'elle feuillette), ce film propose une réflexion sur les limites des luttes déjà menées, et sur les combats à venir:

"Des futurs multicolores nous attendent"...

Un film à (re)découvrir en DVD.

Rêves de jeunesse Bande annonce © Caméo Nancy

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.