Nicole Louvier, une chanteuse qui avait du chien...

Naître en 1933 dans une famille juive, ce n'était pas un début idéal dans la vie... Pourtant, Nicole Louvier, dés ses vingt ans, sort un premier disque, et se produit dans plusieurs cabarets parisiens.Elle a trente ans lorsqu'elle interprète la Chanson pour la fin du monde. Un texte étonnant pour l'époque...

Quand ils font de notre jeunesse un navire en plein naufrage, sans radeau, sans capitaine,

Quand ils déchirent toutes les pages des chansons et des romans,

Si l'histoire en est trop belle,

Quand ils achètent 

jusqu'aux planètes

jusqu'aux amis

jusqu'aux amours

jusqu'aux poètes,

Quant ils s'acharnent sur nos guitares,

Pour qu'elles ne veuillent jamais plus chanter sans eux,

Quand ils feront de notre vie une rose sans jardin,

un jardin sans hirondelles, 

Quand, pour mieux tirer leurs canons, 

Dans les forêts ils feront couper 

jusqu'au dernier chêne,

Et quand les gosses, comme les biches, 

seront offers aux jeux stupides des gens riches,

Quand ceux qui s'aiment 

Comme l'on s'aime,

N'auront plus d'yeux pour se chercher entre les ruines

Quand ils auront fait de la terre un immense terrain vague,

Sans musique et sans poèmes, 

Quand les oiseaux, devenus fous, chercheront de l'eau partout

Pour y éteindre leurs ailes

Et quand Venise, comme une femme, blessée à mort, s'écroulera dans sa lagune, 

Et quand la Lune, blanche grenade, achèvera les hommes en cendres que nous fûmes,

Me diras-tu, mon pauvre amour,

Qui'il faut toujours

LEUR PARDONNER ?

On retrouvera cette chanson, à partir de 24'30,  dans ce récital de 1964, dont la première chanson m'a suggéré le titre de ce billet...

Récital publié sur l'excellent compte des Chanteuses échevelées:

Nicole Louvier - Récital 1964 © Leschanteuses Echevelées

La chanson a été reprise, notamment, par Rosalie Dubois.

Nicole Louvier, cependant, n'était pas seulement interprète, s'accompagnant sur scène à la guitare, mais aussi écrivaine.

Et, dans sa vie privée, cela ne se disait pas en ces temps-là...

Lesbienne.

Publié en 1953 aux éditions de la Table Ronde, son premier roman , Qui qu'en grogne, provoquera, par son évocation d'amours entre jeunes filles, un certain scandale.

louvier

 

En même temps, elle publie un recueil de poèmes érotiques, sous le titre de Chansons interdites.

J'en ai trouvé le texte sur ce blog, consacré à la littérature lesbienne.

En 1959, Nicole Louvier aggrave son cas, déjà pendable, en publiant Les Marchands, nouveau roman, dans lequel elle met en scène une jeune chanteuse, exploitée par les  producteurs du show - business.

Ce n'est pas le sujet idéal pour se faire de nouveaux amis...

Elle part un temps vivre dans un kibboutz, puis revient à Paris.

Elle décède, en bonne féministe, un 8 mars (2003), à l'âge de 69 ans.

Elle est inhumée au cimetière du Montparnasse.

Elle y repose en bonne compagnie, aux côtés, notamment, de Delphine Seyrig, Simone de Beauvoir, Germaine Sablon, Sébastienne Danton (femme de...), Andrée Viollis, Mireille Hartuch ( la fondatrice du Petit Conservatoire de la Chanson), Susan Sonntag, Jacqueline de Romilly...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.