Mennel et Zemmour : il y a comme un problème...

Après qu'ont été exhumés deux tweets complotistes, publiés après les attentats de l'été 2016, la chanteuse bisontine Mennel Ibtissem a décidé de se retirer d'un concours de TF1. Mennel n'est pourtant pas éditorialiste, mais chanteuse. Elle a clairement regretté ces tweets, et présenté ses excuses. Que demander de plus ? Pendant ce temps, le repris de justice Zemmour continue à pérorer...

Il faut rappeler, tout d'abord, que Mennel n'a pas été "virée", comme cela s'écrit ici ou là, mais qu'elle a décidé de se retirer.

La chanteuse Mennel annonce qu'elle quitte The Voice ! © AC VIDEO

Cette décision ne fait pas l'affaire de la production, puisque plusieurs émissions ont déjà été enregistrées.

Par ailleurs, cette polémique ne pouvait qu'attirer de nouveaux téléspectateurs.

Or, l'objectif de TF 1, sa raison d'être, rappelons-le, ce n'est pas de lutter contre les discriminations, ni de propager une parole humaniste, ni même de promouvoir la jeune chanson française.

Cela reste de vendre du temps de cerveau disponible.

Peu importe le contenu du message, du moment qu'il fait monter l'audience, et donc le prix des encarts publicitaires.

C'est pourquoi je ne crois pas que la chaîne de télévision privée ait incité Mennel à se retirer.

Après la publication, à l'été 2016, de deux tweets complotistes, les regrets et les excuses étaient nécessaires.

Ils ont été publiés, sans ambiguïtés.

 

capture-mennel-excuses-07-02-2018

Cette mise au point, tout à fait claire, aurait dû clore cette micro-polémique.

Se retirer de l'émission me semble une décision tout à fait inadaptée, et excessive.

Ces tweets, certes, étaient déplacés, au lendemain des assassinats.

Mais ils n'appelaient pas au meurtre, ne s'en prenaient pas violemment aux Juifs et aux homosexuels, n'injuriaient ni ne menaçaient personne.

Mennel n'est pas Mehdi Meklat.

Par ailleurs, Mennel n'est pas éditorialiste, mais chanteuse.

Comme l'a noté Patrick Chêne, journaliste sportif, et donc expert en la matière, si tous ceux qui disent des conneries devaient se retirer des émissions de télévision, il ne resterait pas grand monde sur les plateaux...

laughing

Plusieurs éditorialistes ont rappelé les déclarations complotistes délirantes de Marion Cotillard, ou celles de Mathieu Kassowitz, qui ne les ont, en rien, empêchés de  poursuivre leur carrière.

Par ailleurs, c'est à bon droit que Raphaël Glücksmann a établi un parallèle avec Eric Zemmour.

Eric Zemmour n'est pas payé pour chanter, mais pour commenter l'actualité.

Or, il a été condamné, à plusieurs reprises, pour avoir tenu des propos discriminatoires.

Ce qui ne l'empêche nullement de continuer à pérorer...

capture-figaro-zemmour

capture-figaro-zemmour-a

capture-figaro-zemmour-b

 Pour une critique littéraire, tout en finesse, comme d'habitude, de l'oeuvre d'Eric Zemmour, c'est par ici (oreilles sensibles s'abstenir ! Pierre Emmanuel Barré inside! laughing)

Les arbres sacrifiés pour Zemmour - La Drôle D'Humeur De Pierre-Emmanuel Barré © France Inter

Les plus pudiques pourront écouter, sur le même thème, cette jolie fable animalière (laughing) :

Zemmour se fait humilier par Patrice Leconte © Fochan Islam TV

Et, sur l' "affaire" Mennel:

The Voice : Menel, d'abord une artiste - Le Billet de Sophia Aram © France Inter

 Quant à Ivan Rioufol, signalons-lui, pour alimenter son ire, un nouveau cas de chanteuse manifestement radicalisée, qui, acoquinée à un certain Enki Bilal (encore un étranger ! laughing) a tourné un clip en burqa, dans lequel elle ne craint pas de se présenter comme une criminelle, et même, comme une muhdjahida.

Mais qu'il prenne garde à lui.

Celle-là, déjà sévèrement déjantée bien avant la création de facebook,  n'a peur de rien, ni de personne, et risque d'être un peu plus coriace que Mennel !

Il est à craindre qu'elle ne fasse qu'une bouchée d'un Rioufol...

laughing laughing laughing

"Pour calmer l'armada, je fais du close combat..."

Brigitte Fontaine - Crazy Horse © BrigitteFontaineVEVO

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.