Quelle est cette police ?

Qui sont les quelques dizaines de "casseurs" qui entrent en action après chaque manifestation, brisant des vitrines sous l'oeil apparemment placide des CRS ? Un souvenir d'il y a trente ans...

J'écris ce souvenir en réponse :

1)  à une observation publiée le dix avril, et faite durant la manifestation de la veille, par deux journalistes de Médiapart, observation que j'avais relevée:

capture-police-casseurs capture-police-casseurs

2) à un commentaire publié hier:

capture-quelle-est-cette-police capture-quelle-est-cette-police

Fin novembre, début décembre  1986.

Manifestations contre la loi Devaquet, dont Malik Oussekine fut une victime collatérale.

malik-oussekine malik-oussekine

Chaque fin de manifestation est marquée par des affrontements très violents entre "casseurs" et policiers.

Je me trouve, un soir, après la dispersion de l'une de ces  manifestations, boulevard Saint Germain.

Où j'assiste à ce curieux spectacle.

Un  petit groupe d'une douzaine d'individus, pas même masqués, renverse méthodiquement des voitures, puis les incendie.

Ils agissent sous les ordres d'un personnage plus âgé, d'une quarantaine d'années.

Les CRS, dont le cordon se trouve cinquante mètres plus loin, laissent faire.

C'est seulement lorsque la voiture brûle qu'ils avancent, tranquillement, sans charger, sans disperser les incendiaires, sans interpeller personne, pour permettre aux pompiers d'éteindre l'incendie; la voiture est évidemment irrécupérable.

Pendant ce temps, le groupe d'incendiaires, qui a avancé de cinquante mètres, fait subir le même sort à un autre véhicule.

Tous les ponts sur la Seine sont barrés par des cordons de CRS, que personne ne peut franchir.

Mais, plus tard dans la nuit, je revois l'homme de quarante ans, discutant, sur un pont, avec le gradé qui commandait le cordon de CRS, puis passant tranquillement sur l'autre rive...

Le lendemain, France-Soir titrait, photos de véhicules calcinés à l'appui,  sur les voitures brûlées à Paris, dans la soirée ...

Et pas sur l'impressionnante manifestation qui avait précédé, dans le calme, tout l'après-midi...

 

Fortuitement, quelques mois après, j'ai revu le quadragénaire.

Il descendait d'une voiture de police, avec des policiers en tenue.

Et il ne venait pas d'être interpellé...

Rigolant

casseur-police-cnt casseur-police-cnt

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.