Agression contre une infirmière: jusqu'où ira la violence des anti-masques ?

Un chauffeur de bus frappé jusqu'à la mort. Un client frappé à coups de bâton, dans une laverie. Une infirmière rouée de coups, de pieds et de poings. Le point commun entre ces trois agressions ? Les victimes avaient demandé à leurs agresseurs... De porter un masque.

On se souvient (ou pas...) de Philippe Monguillot, ce chauffeur de bus de Bayonne, battu à mort par des voyageurs...

Pour avoir réclamé le port du masque.

Ses obsèques se sont déroulées le 20 juillet .

" Plus jamais ça ! " demandait sa veuve.

C'est mal parti...

On se souvient (ou pas) de ce client d'une laverie automatique, frappé à coups de bâton, à Soisy-sous-Montmorency,  par des individus...

Auxquels il avait demandé de porter un masque.

C'était il y a quelques jours.

On apprend aujourd'hui qu'une infirmière a été frappée à coups de tête, puis jetée au sol, et frappée à coups de pied et à coups de poings, à Neuilly sur Marne...

Pour avoir demandé à deux jeunes de seize ans de porter leur masque dans un bus.

La violence des "anti-masques", ont le voit, est sans limites, et paraît s'installer.

Ceux qui multiplient, sur les réseaux sociaux, les messages imbéciles proclamant que le port du masque installe une "dictature", voire même un "régime totalitaire", ont évidemment une responsabilité morale écrasante dans ces événements.

On ne peut pas appeler sans cesse à la révolte contre des médecins, des infirmiers, des soignants, prétendument tous vendus à "Big Pharma", tous au service de mystérieux complots ourdis par Bill Gates, et s'en laver les mains lorsque certains, la tête pleine de ces théories fumeuses,  passent à l'acte.

Et agressent physiquement ceux que les anti-masques accablent quotidiennement d'injures.

Une réflexion intéressante sur le port du masque:

https://www.huffingtonpost.fr/entry/ceux-qui-pensent-que-le-port-du-masque-est-liberticide-nont-rien-compris-a-la-liberte_fr_5f311433c5b64d7a55f5d5fa?ncid=other_huffpostre_pqylmel2bk8&utm_campaign=related_articles

Et toujours, à lire et à relire, ce billet, qui me parait poser correctement les termes du problème:

https://blogs.mediapart.fr/richard-greeman/blog/070820/covid-quel-camp-choisir

Nous rangeons-nous à côté des néo-libéraux qui nient le danger afin de faire rentrer au travail les salarié.es sans prendre de mesures sanitaires, ceux-ci risquant leurs vies pour produire des profits et faire gonfler la Bourse ? Ou avec la résistance des urgentistes, enseignants et travailleur/euses de première ligne qui veulent se protéger et protéger les autres en renforçant les mesures de santé publique ?

La ligne de classe est clairement tracée.

D’un côté, les gouvernements néo-libéraux et fascisants, comme ceux de Trump aux USA et Bolsonaro au Brésil, tous deux négationnistes, minimisent dans leur propagande massive le danger du Covid19, refusent de porter des masques, dénigrent la science et découragent tout effort pour contrôler le virus. 

(...)

Aux USA des milices chrétiennes-fascistes armées de fusils semi-automatiques organisent des manifs anti-masques menaçantes sous la protection de la police...

Même phénomène en Allemagne, où les néo-Nazis, de plus en plus nombreux et actifs, se servent de l’idée qu’ils défendent « la liberté d’expression » en rejetant les masques pour mobiliser les masses. Loin de défendre la liberté, ces Nazis font partie d’un mouvement international négationniste de droite financé par les groupes de droite néo-libéraux dont Trump et Bolsonaro sont les champions.

 Entre ces mouvements néo-fascistes mortifères et la révolte des infirmièr.es et instituteur.ices qui défendent la vie humaine et le service public de la santé, je n’ai pas de mal à choisir mon camp. "

En France aussi, face à la violence fasciste des anti-masques, il est grand temps de décider si l'on est du côté des agresseurs ou du côté des agressés.

https://blogs.mediapart.fr/patrick-cahez/blog/070820/une-illustration-de-lineptie-politique-contemporaine-les-anti-masque

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.