Un chant pour épouvanter les jaunes...

Le mouvement des gilets jaunes est l'exact envers du mouvement de mai 1968. C'est la revanche de la droite et de l'extrême-droite. Ce n'est pas un hasard si, dans l'une de leurs chansons (composée pour youtube, car, en réalité, ils ne chantent que La Marseillaise), les jaunes s'en prennent aux soixante-huitards.

Puisque vous ne cessez de dire pis que pendre des jaunes, que faudrait-il faire, me demande ingénument un commentateur, pour s'opposer à la destruction de toutes les conquêtes sociales du siècle dernier ?

Je crains de n'apporter à cette question qu'une réponse dun grand classicisme, qui va épouvanter les jaunes, toujours prêts à conspuer les immigrés, les homosexuels, les illuminatis, les juifs, les francs-maçons, mais qui jamais ne s'en prennent au patronat.

Le seul et unique moyen d'arracher des conquêtes sociales a toujours été la grève.

Longue, puissante, massive, reconductible, illimitée, avec occupation des usines, des bureaux, des établissements scolaires.

En mai 1968, seuls les gaullistes et l'extrême-droite agitaient des drapeaux tricolores et meuglaient la Marseillaise.

Plus de dix millions de travailleurs, par contre, occupaient leurs lieux de travail.

C'était autre chose que quelques dizaines de milliers de plaisantins qui défilent uniquement le samedi, lorsque cela ne dérange pas le patron, pour beugler qu'ils sont trop taxés, qu'ils paient trop d'impôts,  (rhétorique d'origine patronale) avec le soutien enthousiaste de tous les illuminés que l'extrême-droite peut produire.

On marche beaucoup; Paris sans essence dialogue partout; ce n'est qu'un début !

Nous voilà furieusement loin des revendications d'automobilistes en colère et des pratiques intolérantes des jaunes !

Une autre époque...

Grève Illimitée © Dominique Grange - Topic

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.