lancetre
Abonné·e de Mediapart

457 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 déc. 2016

Oui, Mélenchon a approuvé les bombardements russes sur la population civile d'Alep !

C'est abominable. Donc, les partisans de Mélenchon tentent de le nier, de prétendre qu'il parlait des convois de fuel de Daech. Il suffit pourtant de revoir l'émission. Aucun doute n'est possible. La question posée par Léa Salamé portait bien sur les bombardements de la population d'Alep par l'aviation russe. Comment, après cela, peut-on voter pour cet homme ?

lancetre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La question est limpide.

La réponse l'est aussi.

Mélenchon a prononcé, mot pour mot, et sans rien ajouter, la réponse retranscrite par Marianne.

Chacun peut le vérifier en allant écouter l'émission, toujours disponible sur youtube.

Voici l'extrait:

© On n'est pas couché

 A 3 minutes dans la vidéo:

Question:

"Est-ce que vous avez vu, cette semaine les bombardements d'Alep ?

Les bombardements pilonner, éventrer cette ville, par l'armée russe ?

est-ce que vous l'avez vu, ou non ? "

Et c'est ensuite, parce que Mélenchon tente de détourner la conversation, que Léa Salamé revient à la charge, en posant la question que je reproduis.

Et à laquelle Mélenchon apporte cette réponse à peine croyable.

 Léa Salamé poursuit alors son questionnement:

"Comment ? En bombardant les civils ? "

La question de Léa Salamé ne portait évidemment pas sur le bombardement de convois de fuel !

Ce n'est qu'ensuite, à partir de 5' sur la vidéo, sans aucune coupure,  que j'intègre à ce billet, que la conversation se déplace sur ce terrain.

Et Mélenchon nie alors que les bombadements russes concernent les civils, prétendant qu'ils ne visent que le fuel de daech.

Contre toute évidence, Mélenchon répète à plusieurs reprises: "ce n'est pas vrai ! ce n'est pas vrai !" lorsque les journalistes évoquent les crimes de guerre dus à l'armée russe.

Quelle mauvaise foi chez les partisans de Mélenchon !

Quelle infamie de verser des larmes de crocodile sur le sort des habitants d'Alep, alors qu'ils s'apprêtent à voter pour un candidat qui a applaudi aux bombardements russes !

Comment peut-on mentir à ce point, alors que la vidéo peut, aujourd'hui encore,  être vue et entendue par tout le monde ?

L'instant de stupeur qui a suivi la réponse de Mélenchon montre assez qu'il s'agissait bien, dans l'esprit des journalistes, du bombardement, par l'aviation russe, de populations civiles et d'hôpitaux.

Ils sont, tous les deux, estomaqués qu'on puisse se faire l'avocat d'une pareille barbarie.

Par ailleurs, par deux fois, dans ce même extrait, Mélenchon ose employer le terme de "comédie" à propos de cette guerre et de ces massacres.

Comment ne pas avoir envie de vomir en entendant de pareilles déclarations ?

Et comment voter pour un candidat qui profère  d'aussi effarantes énormités, servilement alignées sur la propagande poutinienne ?

Alep, un "point de détail" ?

Sinon, quelqu'un dispose-t-il, depuis, d'une autre déclaration de Mélenchon, qui condamnerait clairement, sans ambiguïtés, et sans parler d'autre chose,  les crimes de guerre, et les crimes contre l'humanité, commis par Poutine et Bachar en Syrie, et notamment à Alep ?

Je dis bien: de Mélenchon.

S'il vous plait, ne me ressortez pas le communiqué du PG.

Les déclarations du PG n'engagent en rien le candidat Mélenchon.

© Les Frangines

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire