Un déchaînement de haine antisémite contraint France 3 à interrompre un facebook live

Ce 19 février,après la découverte de croix gammées sur les tombes d'un cimetière juif situé en Alsace, le président de la République avait décidé de se rendre sur place.France 3 retransmettait ce déplacement via un facebook live. Mais cette retransmission a dû être interrompue, les modérateurs ne parvenant plus à faire face au déferlement d'injures antisémites et de menaces de mort.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/bas-rhin/strasbourg-0/pourquoi-nous-avons-interrompu-notre-facebook-live-lors-venue-emmanuel-macron-au-cimetiere-juif-quatzenheim-1626937.html

Sur cette page de France 3, Aymeric Robert explique ce qui s'est passé...

Extraits:

" Au bout de quelques minutes, les commentaires ignobles et illégaux ont largement dépassé notre capacité à les modérer. Deux journalistes, ce n’est plus suffisant pour un tel exercice, sans doute que dix ou vingt non plus d’ailleurs. Que l’exercice n’est tout simplement plus possible en 2019. Une retransmission, d’accord, mais sans commentaire. Tant pis pour la libre parole.

Nous ne parlons pas des commentaires bêtement stupides ou hors-sujets, ni même des commentaires anti-Macron. Vous avez le droit de critiquer le chef de l’Etat sur nos pages Facebook. Vous ne vous en privez pas. A dire vrai, nous nous réjouissons que vous puissiez le faire. C’est le signe d’une démocratie forte que de critiquer ses élus.

Non, nous parlons d’appels au meurtre explicites, de commentaires ouvertement antisémites et racistes, des "Heil Hitler", des "sale juif " ou "sales juifs", qu’ils s’adressent à Emmanuel Macron ou aux représentants de la communauté juive.

Dégoût et sidération. Ces internautes, pas toujours anonymes à en juger par leur patronyme, savent-ils que ces écrits sont un délit ? Qu’on peut faire de la prison ferme pour un simple commentaire sur Facebook ? A quel moment, est-il devenu normal d’appeler publiquement à tuer quelqu’un, qu’il soit chef de l’Etat ou simple habitant d’un village alsacien ? "

On trouvera par ailleurs, sur cette autre page du site de France 3, un récapitulatif des nombreuses dégradations antisémites relevées en Alsace...

 Extrait de cet article très complet:

" Maurice Dahan, le président du consistoire israélite du Bas-Rhin, présent à Quatzenheim, a vivement réagi à cette nouvelle profanation et parle, lui, d'une omerta. "Quand je parle de silence, je parle de cette omerta qui existe dans toute l'Alsace du Nord que je stigmatise volontairement maintenant parce que ce n'est pas possible qu'on tague partout en Alsace, des croix gammées partout, des "sales juifs" partout et que personne n'ait jamais rien entendu, personne n'ait jamais rien vu et que personne n'ait même entendu un de ces voyous, peureux, pas courageux, s'exprimer autour d'une bière [...]. Il est temps que les gens ouvrent leur bouche et disent ce qu'ils entendent et que la police et la gendarmerie puissent faire leur travail." "

En complément:

L'antisémitisme en France - Le Moment Meurice © France Inter

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.