Sophia Chikirou a déposé la marque Le Média !

Un article paru dans Libération à la fin du mois d'août, passé un peu inaperçu, nous apprenait que Sophia Chikirou avait déposé la marque Le Média, au nom de la désormais fameuse société Médiascop, dont elle est l'unique actionnaire. Paul Nizan l'avait pourtant écrit, en 1938 : le titre d'une revue révolutionnaire, cela ne se dépose pas...

En somme, dit Rosenthal, cette revue pourrait s’appeler La Guerre Civile…

— Pourquoi non ? dit Laforgue. Ce n’est pas un mauvais titre, et il dit bien ce que nous voulons dire. Tu es sûr qu’il n’est pas pris ?

— La guerre civile est une idée qui doit être dans le domaine public, dit Rosenthal. Ça ne se dépose pas.

Ce sont les premières lignes du roman de Paul Nizan, paru en juillet 1938, disponible ici.

nizan-conspiration

Mais ces temps sont révolus.

Avec le couple Mélenchon / Chikirou, nous voici à une époque où faire semblant de s'en prendre au capitalisme n'interdit pas de veiller à la prospérité de ses affaires personnelles, ni d'accumuler, par voie de conséquence,  un coquet magot .

smile

C'est la désormais célèbre société Médiascop, dont Sophia Chikirou se trouve être l'unique actionnaire, qui a déposé la marque Le Média, et en est donc l'unique propriétaire légale...

 

le-media-marque-deposee-chikirou

Dommage pour les socios, qui ont mis la main à la poche pour financer Le Média, mais n'ont strictement aucun droit.

Seulement leurs yeux pour pleurer...

le-media-marque-privatisee-liberation

Aude Lancelin confirme:

le-media-marque-deposee-chikirou-tweet-aude-lancelin

Captures d'écran à partir de cet article de Luc Peillon, publié par Libération, le 23 août 2018.

Décidément, la France Insoumise et Le Média apparaissent de plus en plus comme les deux plus juteuses opérations menées ces dernières années par quelques politiciens professionnels, entourés de "communicants" rapaces, aux dépens de gogos qui s'imaginaient, en les finançant, faire avancer les idées de gauche.

J´ai vu des gens promettre des monts et merveilles

Avec un cœur si dur comme un vieux tas de pierres

Et d´autres qui jamais ne m´avaient rien promis

Qui m´ont offert la grâce qui purifie

J´ai vu des gens se prendre tellement au sérieux

Qui ne sont que des pitres aux yeux de l´infini

Et d´autres qui sont pris pour des simples d´esprit

Qui sont les vrais seigneurs dans ce monde pourri

Valérie Lagrange, faut plus me la faire (1980)

1980-Valérie Lagrange - Faut plus me la faire (maxi) © MrPLATINE7080

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.