Mélenchon, l'insoumis qui veut que les flics le saluent...

Mélenchon estime qu’on lui a manqué de respect. « Il n’y a pas eu de salut réglementaire de la part des policiers, alors qu’ils me saluent quand je suis reçu à l’étranger. Vous n’êtes plus personne. » Voilà, à en croire le Maître de la Farce Insoumise,le véritable outrage...

Donc, à en croire Mélenchon, si l'on n'est pas salué par les flics, on n'est plus personne...

On croirait, curieusement, entendre Macron évoquer "ceux qui ne sont rien"...

Etrange similitude entre deux expressions employées par deux politiciens également mégalomanes, que tout semble opposer, mais que leur autoritarisme, leur enfermement dans un cercle de courtisans, leur absolue conviction d'être des êtres d'exception ( Jupiter ou "personne sacrée") rapprochent pourtant.

Le récent procès de la personne sacrée et de ses acolytes a, plus d'une fois, relevé du genre burlesque.

Si Mélenchon était un personnage de fiction, ce serait Tartarin de Tarascon, ou le père Ubu.

Le leader de la Farce insoumise a feint de croire qu'on lui reprochait d'avoir parlé fort.

Alors que, outre les délits évidemment constitués ( débarquer avec une bande vociférante sur les lieux d'une perquisition où il n'avait rien à faire, s'opposer à cette perquisition, et finalement réussir à l'interrompre, bousculer un procureur, provoquer ouvertement des policiers en leur hurlant dessus, à quelques centimètres du visage...), ce qu'on peut reprocher à Mélenchon, d'un point de vue politique, ce n'est pas le ton employé, mais  le contenu de ses propos.

Mélenchon aime à se présenter comme un "tribun du peuple".

Mais les paroles prononcées au cours de sa perquisition sont réellement inquiétantes, et ont permis, si l'on en croit le score de la FI lors des élections européennes, d'ouvrir les yeux de nombre d'électeurs sur la véritable personnalité d'un insoumis de Carnaval, plus bonapartiste que libertaire.

"Ma personne est sacrée ! ": Quel authentique homme de gauche pourrait avoir l'idée de prononcer une phrase pareille ? Mélenchon parle bien de sa personne, et non de sa fonction.

Elu président de la République, nous aurait-il rejoué cette scène (pas à Notre-Dame de Paris, temporairement indisponible...), avec Sophia Chikirou dans le rôle de l'Impératrice ?

laughing

jacques-louis-david-the-coronation-of-napoleon-sacre

Certains indices permettent de le penser...

Naturam expelles furca, tamen usque recurret...

cool

capture-melenchon-napoleon-fidel

 

De même, quel cerveau mégalomane peur concevoir cette étonnante formule, aussi hallucinante lorsqu'elle est simplement prononcée que lorsqu'elle est hurlée ?

melenchon-la-republique-cest-moi

 Avec la phrase, prononcée lors du procès, et rapportée dans l'excellent compte-rendu de Michel Deléan, regrettant que les flics ne lui aient pas adressé le "salut réglementaire", comme ils le font lorsqu'il part rendre visite à ses copains chefs d'Etat en Amérique du Sud, Mélenchon, sans même s'en rendre compte,  touche vraiment le fond.

avec-jean-luc-me-lenchon-et-le-pre-sident-rafael-correa-chantant-lhymne-national-e-quatorien-au-balcon-du-palais-de-carondelet-quito-16-de-cembre-2013

Photo: Mélenchon reçu en grande pompe, en décembre 2013, par Rafaël Correa, alors président de l'Equateur, farouche opposant à l'avortement, même en cas de viol. Mélenchon a renvoyé l'ascenseur en invitant Correa en France, et en le faisant acclamer par les militants prétendument "insoumis".

Qui peut croire que cet homme-là, qui agite le drapeau tricolore, chante la Marseillaise, exige que la police lui rende les honneurs, soutient par ailleurs, en politique internationale, tout ce que le monde peut compter de dictateurs, aussi criminels soient-ils, du moment qu'ils s'opposent aux Etats-Unis, qui peut croire que ce personnage ridicule puisse être d'une quelconque utilité, au service d'un combat émancipateur ?

Mélenchon n'est au service d'aucune lutte.

Il se décrit lui-même comme un Maître, qui forme des Disciples, et il est dévoré, depuis des années , par une ambition démesurée.

Non, Mélenchon n'est pas la République.

Comme Bonaparte, il serait plutôt un danger pour la République.

Fort heureusement, quelles que puissent être les vociférations de ses partisans sur les réseaux sociaux et dans les forums de discussion, beaucoup d'électeurs l'ont à présent compris.

Plaudite, cives ! Acta est fabula !

cool

Bonus:

La vidéo publiée par Mélenchon sur youtube, et la leçon qu'il tire de ce procès:

melenchon-proces-nous-avions-raison

Qu'ajouter à cela ?

Mélenchon, l'éternel autosatisfait, l'homme qui ne doute jamais, et surtout pas de lui-même, c'est le chômage pour les caricaturistes.

Ce gars est sa propre caricature.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.