Harcèlement sexuel: Bertrand Tavernier prend la défense des porcs...

"Le porc est un animal sensible, fidèle, et attachant ", selon Bertrand Tavernier, qui s'est indigné publiquement de voir cette brave bête comparée à des prédateurs sexuels... Par ailleurs, le cinéaste a mis l'accent sur l'explication principale du harcèlement: non la masculinité, mais la volonté d'exprimer une domination.

Invité, le 20 octobre, du journal de treize heures, sur France Inter (à partir de 13 heures 20), Bertrand Tavernier a commenté en ces termes l'affaire Weinstein:

"J'ai eu très peu de rapports avec lui, mais je l'ai détesté (...)

Jamais, avec lui, je ne m'étais senti autant un esclave dans une plantation.

J'avais affaire à un planteur esclavagiste.

(...)

Il a humilié beaucoup de cinéastes.

Il a humilié des serveurs de restaurant, des serveuses...

Je crois que Vincent Lindon lui était rentré dedans, d'ailleurs, pendant le festival de Cannes.

J'hésiterais à le qualifier de porc, parce que le porc est un animal sensible, fidèle, et attachant, donc je trouve que c'est une insulte pour les porcs".

tavernier

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.