Retraites: la playlist des manifestations

Depuis le début d'un mouvement qui se signale dés maintenant comme historique par sa durée, sa force, sa créativité, dirigé contre la retraite à points, mais aussi contre une société uniquement motivée par l'appât du gain, que nous propose une équipe de lobbyistes et de DRH déguisés en gouvernement, de nombreux pastiches de chansons ont égayé les manifestations. En voici un florilège.

La chanson-phénomène d'Angèle a tout d'abord inspiré cette défense du système de santé:

Balance ton plan . Parodie Angele © Sabrina Ali Benali

Les avocats de Valenciennes ont également pastiché la chanson d'Angèle:

Balance Ta Robe // Les Avocats de Valenciennes en Grève © Alex Productions

Toujours des avocats, mais cette fois à Rouen, devant la cathédrale:

Flashmob du 23 janvier 2020 © Barreau de Rouen

Et même à Nice, les avocats sont énervés:

JUSTICE AU RABAIS © octopussone

Beaucoup s'inspirent des années 1980.

Peut-être parce que ceux qui avaient vingt ans en 1980 s'approchent de la retraite...

smile

Ainsi ces profs de Reims, sur l'air de Thriller, de Michaël Jackson:

Rassemblement intersyndical devant le rectorat de Reims - 22/01/2020 © S3 SNES-FSU Académie de Reims

Et, bien évidemment, le pastiche d'une chanson que je croyais légitimement oubliée, mais qui revient en force...

La voici en version intégrale, avec la chorégraphie complète:

Flashmob ATTAC "A cause de Macron 24/01/20 Paris Gare de l' Est © ARCHIVES-LIVE Ben Lx

Et le clip, avec sous-titrage :

À cause de Macron parodie de À cause des garçons © Imperator Costa

Années 1980,  toujours :

Flashmob des Facs et Labos en lutte en place de Grève © Université Ouverte

Certains ne craignent pas, avec talent, d'aller puiser dans un patrimoine musical plus ancien encore:

"Tout va très bien !" - Blanquer vs Education Nationale © College PetitsPonts

Terminons avec les professionnels du pastiche:

Une retraite douce - Les Goguettes (en trio mais à quatre) © Les Goguettes

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.