Connaîtrons-nous bientôt la vérité sur la mort de Pablo Neruda ?

11 septembre 1973 : coup d'Etat de Pinochet , au Chili. Mort de Salvador Allende. 23 septembre: annonce du décès de Pablo Neruda, à 69 ans, officiellement d'un cancer de la prostate. On sait, depuis 2017, que Neruda n'est pas mort d'un cancer.Mais a-t-il été empoisonné par des sbires de la dictature ? Le mystère pourrait bientôt être levé.

Dés le départ, la famille de Pablo Neruda a émis des doutes sur les causes réelles de sa mort.

Compte tenu de l'immense notoriété du poète chilien, prix Nobel de littérature, il n'était évidemment guère envisageable, pour Pinochet, de le faire exécuter d'une balle dans la nuque, ni même "disparaître".

Au moment où il est décédé, Pablo Neruda s'apprêtait à quitter le Chili pour le Mexique, d'où il avait l'intention de prendre un rôle prépondérant dans l'opposition à la dictature.

Ses funérailles, malgré la présence massive de l'armée, furent l'une des premières manifestations d'opposition au nouveau régime.

Neruda a-t-il été empoisonné ?

Dés 2011, le chauffeur et garde du corps de Neruda évoquait une mystérieuse injection, effectuée dans une clinique privée, avant le départ de Neruda pour le Mexique.

Cette injection, selon lui, serait la véritable cause de la mort.

En 2017, un groupe de seize experts internationaux, mandatés par les tribunaux chiliens, avaient conclu que la mort du poète n'était pas due, comme le prétendait le certificat médical délivré en 1973, à un cancer de la prostate.

Un article paru dans Le Monde, à l'époque, rappelait:

Une enquête judiciaire avait alors été ouverte, tandis que d’autres témoignages venaient semer le doute en assurant que Pablo Neruda était en forme jusqu’à la fameuse injection. La mort en 1982, dans la même clinique, de l’ex-président Eduardo Frei (1964-1970), venu pour une opération de routine et qui pourrait avoir été empoisonné, a renforcé la thèse d’un assassinat du poète.

Et la fiche Wikipedia consacrée à Pablo Neruda précise:

 Eugenio Berríos , biochimiste chilien travaillant pour la DINA pendant le régime de Pinochet, est ainsi fortement suspecté de complicité d'assassinat en tant que concepteur de poisons sophistiqués9.

Comme l'explique aujourd'hui  un article de Justine Fontaine, correspondante à Santiago de RFI:

Ces experts avaient établi la présence en forte quantité d'une substance paralysante dans le corps du poète. Mais il restait encore à analyser la terre prélevée autour de la tombe du militant communiste, pour être sûr à cent pour cent que la contamination n'était pas postérieure à sa mort.

Mais selon l'avocat de la famille, Rodolfo Reyes, aussi neveu du poète, le service médico-légal a jusqu'ici refusé de mettre les échantillons à la disposition de la justice.

 « L'institut médico-légal affirmait qu'il ne les avait pas, qu'ils avaient été utilisés pour d'autres analyses. Mais lors d'une perquisition ordonnée ce jeudi 25 juillet, par le juge Mario Carroza au service médico-légal, les flacons ont été trouvés.  C'est inexplicable que le service ait pu mentir au juge. Cela a eu des conséquences très négatives dans cette affaire Neruda » estime le neveu du poète.

L'instruction menée par la justice chilienne a en effet été retardée de plusieurs mois. Désormais, la famille de Pablo Neruda a bon espoir que les échantillons seront rapidement envoyés au laboratoire canadien qui doit effectuer les toutes dernières analyses dans cette affaire.

Bientôt la vérité ?

Jean Ferrat, La complainte de Pablo Neruda © raphael551226

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.