lancetre
Abonné·e de Mediapart

457 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 janv. 2019

Violences policières: Roland Castro se souvient-il de Richard Deshayes ?

J'étais parti pour rédiger un billet humoristique sur le burlesque défilé des "foulards rouges". Ces trognes de bourgeois indignés, cette réapparition des "manifs de droite", mais sans second degré... Et puis, à la lecture de l'article de Médiapart,le rire s'arrête, le sourire même disparaît. Au milieu de tous ces gens des beaux quartiers, adorateurs de Macron... Roland Castro !

lancetre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour les jeunes (s'il y en a qui lisent médiapart), je rappelle que Roland Castro, au début des années 1970, c'était l'un des rédacteurs du journal Tout !

Un journal innovant, issu du maoïsme, mais qui s'est vite émancipé de la rigidité intellectuelle des maos, pour s'ouvrir aux nouvelles manières de vivre et de penser, aux luttes des féministes, à celles des homosexuels...

Un livre vient d'ailleurs d'être consacré à ce journal.

Il a fait l'objet d'une présentation dans ce billet.

Richard Deshayes participait, avec Roland Castro,  à Vive La Révolution (VLR), le groupe qui éditait Tout !

Les numéros de Tout ! se vendent aujourd'hui à prix d'or ( une collection complète des 17 numéros a récemment dépassé les 300 euros dans une vente aux enchères ), mais le contenu est accessible en ligne, sans bourse délier, sur cet excellent site.

Mais revenons à Richard Deshayes...

En 1971, lors de la répression d'une manifestation interdite par la préfecture, un des jeunes militants de VLR, Richard Deshayes, qui portait secours à une manifestante à terre, fut aveuglé et défiguré par une grenade lacrymogène tirée par les brigades spéciales d’intervention. La photo de sa figure ensanglantée fit la une de Tout ! et le tour de la France sous forme d'affiche.

(source: Wikipedia).

On trouvera sur ce site des récits plus détaillés, dont j'extrais ces passages:

Elève instituteur à l’école normale d’Auteuil, Richard Deshayes est alors un jeune militant du groupe Vive la révolution et figure de proue de l’éphémère Front de Libération de la jeunesse (FLJ) par ses poèmes. Lors de la dispersion de la manifestation du 9 février 1971 (la même que pour Guiot), un policier nommé Le Floch lui tire une grenade à bout portant en pleine figure alors qu’il est baissé pour aider une jeune fille à se relever. Evanoui (40 fractures au visage, un oeil perdu, le nez disparu...) il est encore tabassé à terre par d’autres policiers.

Voici le résumé de l’affaire par Christophe Bourseiller (professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris) :

"Alors qu’il tente de relever une fille, étendue à terre, un policier épaule calmement son fusil lance-grenade et lui tire à bout portant dans le visage. Les éclats cisaillent son oeil droit. Sonné, gravement blessé, Richard Deshayes s’écroule. Immédiatement, d’autres membres des forces de l’ordre se jettent sur lui et frappent à coups de botte le corps allongé... Par sa vitrine, un pharmacien a vu toute la scène. Il appelle Police Secours. Mais aucun car ne se dérange. Il faudra attendre qu’une ambulance privée parvienne à se faufiler... Le lendemain, cinq hommes en civil déboulent sans frapper dans la chambre d’hôpital du jeune homme. Ce sont des policiers venus en quelque sorte "faire le ménage". La grenade tirée sur Richard Deshayes n’était pas réglementaire. Il s’agit maintenant d’en faire disparaître les traces. Peine perdue... les parents ont eu le temps d’emporter les pièces à conviction."

Dans Génération, Léo Hamon et Patrick Rotman décrivent globalement, après enquête, le même scénario :

« A l’angle de la rue..., il aperçoit une fille étendue, sonnée, sûrement blessée. Il pivote vers elle, commence à se courber pour lui porter assistance. Tout près, un homme en noir épaule son fusil lance-grenade, profite de cette cible quasi-figée, tire droit au visage. La grenade n’est ni fumigène ni lacrymogène. Elle appartient à une catégorie méconnue. Ses éclats cisaillent l’oeil droit du manifestant. Plusieurs hommes de la brigade spéciale s’approchent, ricanants, shootent à coups de botte dans le corps effondré.

Par sa vitrine, un pharmacien a vu la scène et téléphone à Police secours. Vite, dit-il, c’est terrible, un jeune garçon risque de mourir. Police secours ne se dérange pas. Le blessé attendra qu’une ambulance privée puisse parvenir jusque-là.

Le lendemain matin, quatre ou cinq types en civil se présentent à l’hôpital... Ils grimpent vers les étages, bousculent gentiment l’infirmière et pénètrent dans la chambre... Ce qu’ils recherchent, c’est le blouson de leur victime -criblé de ferraille en miettes, dont l’analyse pourrait s’avérer compromettante... »

TEMOIGNAGE DE RICHARD DESHAYES (Nouvel Observateur Mars 1976)

Le 9 février 1971, le Secours rouge de Jean-Paul Sartre appelle à une manifestation qui part de la butte Montmartre. Il s’agit de soutenir la grève ouvrière d’occupation de l’usine Batignolles à Nantes et conjointement d’attirer l’attention de l’opinion publique sur une grève de la faim menée par des militants maoïstes emprisonnés contre leurs conditions d’incarcération.

La manifestation se déroule sans heurts (aucune plainte ne sera déposée pour quelque détérioration que ce soit contre ses organisateurs), puis elle est bloquée et chargée par les brigades spéciales d’intervention. C’est la débandade, il y a des matraquages, les manifestants se dispersent sans l’ombre d’une résistance (pas un policier ne sera égratigné).

A ce moment, je fuis et je suis isolé au coin de la rue du Poteau et de la rue Duhesme. J’entends un appel derrière moi et les cris d’une fille que les policiers « tabassent » alors je me retourne, et puis plus rien. Je reprendrai connaissance à l’hôpital.

On me dit que j’ai reçu en pleine figure un projectile tiré sur moi par un policier, au moyen d’un fusil lance-grenades. J’ai le visage enfoncé, un oeil éclaté qu’on m’enlève aussitôt, l’autre est déchiré, je n’ai plus de nez, la mâchoire et les dents sont brisées, soit en tout quarante fractures de la face. Des policiers essaient de récupérer mes vêtements qui pourraient servir de pièce à conviction.

Qu'est devenu Richard Deshayes ?

Il est aujourd'hui kinésithérapeute à Caen.

L'un de ses amis a réalisé un film d'une demi-heure, qui mérite d'être regardé:

Richard Deshayes les Ombres et la Lumière © frédéric Loth

Lorsqu'il défile avec des bourgeois caricaturaux, qui réclament le retour de l'ordre et la fin de la chienlit, le lendemain du jour où un manifestant pacifique a été blessé à un oeil par un gendarme ( Grenade ou LBD ? Peu importe...), que se passe-t-il dans la tête de Roland Castro ?

Se souvient-il de sa lointaine jeunesse ?

Le nom de Richard Deshayes évoque-t-il encore, pour lui, quelque chose ?

Georges Brassens - Le boulevard du temps qui passe © yegamrah03

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA