Jour de colère et gilets jaunes: des ressemblances frappantes...

Ils se prétendaient apolitiques. Ils chantaient La Marseillaise et agitaient des drapeaux tricolores. Ils dénonçaient le "racket fiscal". Ils demandaient la démission du président de la République. Ils injuriaient les journalistes.Certains faisaient des quenelles. C'était il y a cinq ans, à Paris...

Jour de colère fut une grande manifestation regroupant toute l'extrême-droite.

Présentée, au départ, comme "apolitique", organisée, déjà, sur internet, elle ne tarda pas à révéler son vrai visage.

Au son des Marseillaise entonnées à pleins poumons, au milieu des drapeaux tricolores, seuls admis avec ceux des régions françaises, les quenelles et les slogans antisémites ne tardèrent pas à se multiplier.

Lorsqu'on revoit, cinq ans après, les images de ce que Pierre Birnbaum a appelé "un nouveau moment antisémite", comment ne pas être frappé par les similitudes avec le moment jaune ?

gilets-jaunes-civitas-jour-de-colere

stop-matraquage-fiscal-jour-de-colere

jour-de-colere-stop-regime-nomarchique-privileges-des-elus

hollande-demission-jour-de-colere

desproges-etonnant-non

Mes captures d'écran sont tirées de ce reportage:

Que s'est-il vraiment passé dimanche 26 janvier au Jour de Colère - Partie 1 © agenceinfolibre

En écoutant les manifestants, on retrouvera tous les propos qu'on retrouve aujourd'hui sur les barrages et dans les rassemblements des Jaunes: l'ancien militaire qui se déclare "apolitique", la vulgarité des slogans, les attaques contre les politiques, les journalistes, traités de "collabos" ( comme cet après-midi, tiens donc),mais jamais contre les patrons, la dénonciation des taxes et des impôts, et même, déjà, l'appel à une prise de pouvoir par l'armée...

Cette manifestation a été étudiée, par Pierre Birnbaum, dans ce livre:

birnbaum

Reportage - Jour de colère © TéléSorbonne

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.