Irrégularités à Nouvelle Donne. Non, sans blague !!!

Alors que nous dénoncions de graves dysfonctionnements au sein de Nouvelle Donne durant tout le processus de "co-construction", soit du milieu 2014 au début 2015, la direction de ce parti (comme les autres) fermait les yeux et se murait dans le silence. Circulez, il n'y a rien à voir !

Ce sont des membres de la nouvelle direction qui, en avril dernier, ont exprimé des doutes sur le processus de désignation du "Conseil Citoyen", l'équivalent du conseil national au PS, intervenue lors de la dernière AG. Devant le scandale, une commission d'audit a donc été constituée et placée sous la responsabilité d'Éric Alt (Magistrat et dirigeant d'Anticor). Ses conclusions sont sans appel, soulignant les "irrégularités" commises à cette occasion. Vous trouverez son rapport dans son intégralité en pièce jointe.

Si vous consultez les annexes du dit rapport, vous constaterez également qu'un des membres du "jury" chargé de sélectionner les candidats au poste de conseillers citoyens s'est "désisté". En réalité, voici son témoignage :

"Je tiens à préciser une remarque au sujet des "membres du jury" pour la sélection au sein du Conseil Citoyen :
- je fais partie des membres, tirés au sort, du jury de sélection.
- j'ai eu à noter les candidats (hommes) du groupe 3
- je me suis retiré du jury entre les deux tours de sélection, et ce en l'explicitant par courriel aux autres membres du jury, notamment le 23 janvier j'écrivais :

Bonjour à toutes et à tous,
J'ai regardé, lu avec intérêt les professions de foi de chaque candidat(e) retenu pour la soutenance. Mon avis, exprimé dans mon courriel du 20 janvier, sur l'ensemble des professions de foi n'a, malheureusement, pas changé. Quant aux CV, quasiment tous sont des CV "de recherche d'emploi" (sauf un seul ...) ; ceux-ci n'ont pas, ou peu, d'intérêt pour la sélection dont nous sommes chargé(e)s, à savoir, je le rappelle si besoin est, la composition d'un Conseil Citoyen, organe hautement politique si j'en crois les nouveaux statuts votés le 4 janvier dernier.
Vu le temps imparti pour l'audition de chaque candidat(e) - 20 minutes à priori - vu qu'en amont chaque candidat(e), mis à part 2 ou 3, n'ont rien exprimé en matière de projet politique, d'action politique, d'organisation de travail de ce Conseil Citoyen ... Je ne vois pas comment ceux-ci vont pouvoir développer, correctement, leur vision politique en moins de 20mn. Et donc, comment, nous jury, nous allons pouvoir faire un sélection sérieuse et, ainsi, composer un C.C. qui sera en mesure de remplir son rôle politique.
Au regard des CV, il ne semble pas que nous réussissions à faire correspondre la composition du future C.C. avec une représentativité sociale (et économique) de l'ensemble des adhérents. Encore moins avec la population, comme cela est mentionné dans la note préliminaire, puisque cette représentativité, soyons honnêtes, n'existe pas au sein de Nouvelle Donne. Quid du chômeur, du précaire, de l'ouvrier, de l'employé, ... au sein de ce future Conseil Citoyen ?
De plus, la sélection des candidats à la candidature ... est quelque peu ambiguë, dans son résultat. En effet, il se peut que des candidats non retenus dans le groupe 3, soient meilleurs que certains retenus du groupe 4 (et vis versa ...), de même pour les autres groupes. La méthode s'avère donc très aléatoire.
Je ne parlerai pas, ici, de la parité voulue à tout prix. Pourquoi certains hommes retenus seraient-ils meilleurs que des femmes non retenues ... pourquoi n'y aurait-il pas plus de femmes que d'hommes dans ce C.C. ...
Comme je vous l'ai précédemment écrit, ma conscience m'interpelle ...Ne souhaitant pas cautionner un Conseil Citoyen qui n'aura pas les moyens de remplir son rôle politique, éminemment important, je me retire du jury. Je ne doute pas que vous arriverez à un résultat, sans moi.

Je n'ai pas été contacté dans le cadre de ce rapport d'audit, et il ne semble pas que les personnes chargées de celui-ci, fassent mention de mes observations concernant ce mode de sélection et de désignation de membres à un organe éminemment politique."

Il n'en a rien été, en effet. La Commission d'audit a certainement jugé que ce témoignage n'apportait rien de plus à la manifestation de la vérité. En tout état de cause, il prouve que la direction pouvait avoir connaissance de ce qui se tramait avant même l'AG. En laissant faire par ignorance, par incompétence ou, pire, par malveillance, elle a démontré son mépris pour les procédures démocratiques internes et, davantage encore, pour ses adhérents de base.

Il aurait donc été intéressant d'enquêter sur la préméditation de telles "irrégularités". La Commission d'audit reconnaît toutefois une "responsabilité collective". Pas la nôtre, car nous avons tenté, en vain, de lancer l'alerte. Peut-être qu'un jour, on nous fera des excuses...

Merci.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.