LES CHOIX

Quoique l'on fasse, quel que soit le chemin que nous choisissons, nos choix nous définissent. Il nous suivent, ils nous collent à la peau, ils fondent notre personnalité et l'étoffent au fil des années. Nous le savons, dans la vie aucun chemin n'est aisé ni rectiligne. Mais le fait est que nous devons choisir, et assumer ensuite les conséquences de ces choix.

Quoique l'on fasse, quel que soit le chemin que nous choisissons, nos choix nous définissent. Il nous suivent, ils nous collent à la peau, ils fondent notre personnalité et l'étoffent au fil des années. Nous le savons, dans la vie aucun chemin n'est aisé ni rectiligne. Nous sommes tous amenés à faire des choix qui orientent nos vies à des périodes clés. Parfois le choix s'impose comme une évidence, parfois il suscite un questionnement de bon aloi, parfois aussi il est source de tourments, voire même d'angoisse. Mais le fait est que nous devons choisir, et assumer ensuite les conséquences de ces choix. 

Ainsi en est-il également de toute démarche citoyenne. Il ne suffit pas de se battre pour une idée ou un projet, il faut essentiellement les porter sans rien renier des valeurs qui ont présidé à leur concrétisation. Tenir ce challenge dans la durée est la pierre d'achoppement dans laquelle nombreux sont ceux qui se prennent les pieds. Car il ne s'agit pas d'avancer à tout prix, pour ne pas dire à n'importe quel prix, mais de gagner en crédibilité en restant fidèle à ses engagements premiers. On remarque très vite le fossé qui se creuse entre l'argumentaire des politiques et ceux des citoyens lambda. Les premiers ne résisteront pas longtemps aux sirènes de la réussite et de la soif de pouvoir, il leur apparaîtra impératif de tenir le devant de la scène et pour ce faire ils n'hésiteront pas à piétiner lesdites valeurs pour toucher le plus grand nombre. Les autres s'attacheront à préserver les idéaux républicains trop souvent bafoués qui les ont amenés à s'engager pour un même projet, une même idée. Idéaux qui ne se conçoivent pas sans une parfaite intégrité et une franchise idoine.

L'égalité par exemple n'est pas une notion bateau que l'on peut se permettre de brandir quand cela nous arrange, et ranger dans un tiroir lorsqu'elle ne sert plus nos intérêts. Un exercice devenu si courant que nous ne devrions plus nous en étonner, et pourtant... C'est une forme de discrimination, mais les personnes qui en portent la responsabilité ne sont pas capables de l'assumer et s'en défendent avec de si pauvres arguments qu'ils nous feraient rire s'ils n'étaient la preuve d'un manque flagrant d'intégrité. On ne joue pas impunément avec la vie, pas plus avec celle des autres. Nos choix nous engagent et nous portent, ils sont la résultante de notre niveau de moralité. Une notion qui semble désuète mais qui prend tout son sens dans l'époque truffée de faux-semblants que nous vivons

Alors bien sûr tous les politiciens ne sont pas roués et menteurs, de même tous les citoyens ne sont pas garants du respect de ces valeurs qu'ils prétendent défendre. Certains échappent aux normes, ce qui permet à des groupes de rééquilibrer les forces en présence et de garder la tête hors de l'eau... Certaines fois ils inversent leurs rôles ou se rejoignent au sein d'une même ambition, bousculant ce que vous-même prônez par votre propre engagement, vous mettant en position totalement inconfortable. Vous obligeant à faire un choix. Sans imaginer qu'ils risquent d'en payer le prix.

Il y a dans tout cela cette notion de juste milieu qui semble être une parfaite échappatoire, mais qui finalement n'est que cela et n'augure pas d'un avenir serein. Une échappatoire n'est pas une solution digne et viable, c'est un pis aller, un plan B qui permet aux politiques de sauver leurs miches et aux citoyens de se donner bonne conscience. Car à composer avec les fondamentaux d'une humanité qui devrait être avant toute chose respectée et préservée, on lui porte un coup fatal dont elle pourrait bien un jour ne pas se relever. Ce qui, hélas ! n'est plus depuis longtemps le souci majeur de ceux qui confondent compromis avec compromission. S'il l'a jamais été...

Tenir ses engagements c'est affirmer ses choix, c'est respecter tout ce qui en dépend. Les êtres et les choses, les idées, les idéaux et les projets. Mais surtout, choisir c'est accepter qu'il n'y ait pas de retour en arrière, parce que nos choix nous changent profondément et irrémédiablement. Et qu'il ne suffira pas de faire amende honorable pour être dédouané de ses choix passés. La vie passera l'addition, et pour les moins respectueux elle pourrait être salée. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.