Laure Cordelet

Présidente du Rassemblement Citoyen de Beaucaire

BEAUCAIRE

Son blog
4 abonnés CITOYENNE EN TERRE FN
Voir tous
  • EFFONDREMENT CITOYEN

    Par
    Assister à l'effondrement d'un paysage politique convenu et familier n'est pas chose ordinaire. Il est toujours passionnant d'être en marge des événements pour porter sur eux un regard distancié nécessaire à toute objectivité. Ce qui ne signifie pas qu'il n'y ait aucun parti pris, notamment lorsque les valeurs citoyennes sont en équilibre instable.
  • TOUCHE PAS A MON JOUET !

    Par
    Après l'exercice long et pénible consistant à écouter les affabulations du maire nous avons appris à nos dépens, au détour d'un incident mineur, que Julien Sanchez n'aimait pas prêter ses jouets. Il aurait pu se contenter de faire expulser l'élu d'opposition à l'origine de l'incident, mais il a réclamé le huis-clos et fait expulser le public "politisé" et la presse par la police nationale...
  • PROCÉDURIER PAR CHOIX

    Par
    S Julien Sanchez s'était orienté vers un cursus en droit il aurait pu se représenter lui-même et représenter notre ville, ce qui aurait épargné aux contribuables beaucairois 38000 euros de frais de justice pour l'année écoulée ! La victimisation comme choix de vie cela nous coûte cher, et il a tout de même vidé les caisses de la ville #gestionbonpèredefamille
  • BYE BYE DÉMOCRATIE

    Par
    D'autosuffisance en vulgarités, d'attaques mesquines en menaces, de mensonges éhontés en commentaires déplacés, le premier conseil municipal de cette année ne nous a rien apporté de nouveau. Le cirque victimaire auquel se livre notre premier édile n'a que le mérite de mettre un brin d'animation dans des conseils municipaux souvent très longs #FNContreLePeuple #DémocratieEnDanger #Beaucaire
  • RENCONTRE AVEC UN PETIT MONSIEUR

    Par
    Rencontrer Robert Ménard ne vous donne pas de frisson d’anticipation du tout. On en ressort avec à peu près la même émotion qu'éveille un passage obligé au supermarché, celle du travail accompli par pure nécessité. Après un bref entretien avec lui un constat s’impose avec force : l’homme est petit, dans tous les sens du terme, je dirais même étriqué.